khiam

La lutte contre le fléau du terrorisme requiert une coopération sécuritaire efficace entre les pays du monde, a indiqué, mercredi à Rabat, M. Abdelhak El Khayam,  Directeur du Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), dans un exposé sur l’expérience marocaine proactive dans la lutte contre les plans terroristes, présenté lors des travaux du 10-ème Congrès de l’Organisation de Solidarité avec les Peuples d’Afrique et d’Asie (OSPAA) qui se tient à Rabat.

Le Maroc, qui a ratifié toutes les conventions juridiques internationales liées à la lutte contre le terrorisme, est engagé pour hisser le niveau de la coopération avec tous ses partenaires sécuritaires occidentaux et régionaux, a indiqué M. El Khayam. Le Royaume est animé d’une volonté sérieuse et permanente pour faire face au terrorisme à travers une stratégie globale axée à la fois sur l’aspect religieux, l’approche sécuritaire et le développement dans le cadre du respect total de la souveraineté de la loi, a affirmé le directeur du BCIJ, ajoutant que les services de sécurité marocains ont adopté une approche globale et intégrée dans ce domaine basée sur l’anticipation.

Ces efforts, a-t-il expliqué, ont permis le démantèlement de 164 cellules terroristes depuis 2002 dont près de 60 sont en relation avec les différents foyers de tension, notamment en Afghanistan, au Pakistan, en Syrie, en Irak et dans la région du Sahel, rappelant que cette approche proactive a permis l’arrestation d’environ 2.933 personnes et l’avortement de 324 projets terroristes.

Pour sa part, le président de l’OSPAA, l’égyptien Helmi Hadidi, a indiqué que le terrorisme, qui frappe plusieurs pays dans le monde entier, vise la destruction des Etats nationaux et l’instauration d’un régime dictatorial fasciste.

Le phénomène terroriste est devenu systématique et organisé et les terroristes utilisent des armes similaires à celles des armées ordinaires pour exécuter leurs projets en tirant profit des médias avancés et des ressources financières importantes, et en se basant sur le recrutement et la mobilisation de combattants issus de différentes catégories sociales, a fait noter M. Hadidi, appelant à adopter une approche globale pour la lutte contre le terrorisme et l’idéologie extrémiste.

Dans le même sillage, le secrétaire général de l’Organisation, Abderrazak Hussein, a souligné que le terrorisme est devenu un phénomène transfrontalier qui aggrave la tension au niveau international, mettant l’accent sur l’importance de la solidarité internationale et de la coopération avec les organisations de la société civile dans la lutte contre le terrorisme.

Le président de la commission marocaine pour la paix et la solidarité, Talaâ Saoud Al Atlassi, a, de son côté, noté que le Maroc s’est engagé dans les efforts régionaux et internationaux pour faire face au terrorisme, relevant que la mise en place de mécanismes de solidarité est l’un des moyens efficaces pour lutter contre ce fléau.

Il a indiqué, à cet égard, que les conséquences des opérations commises par des organisations terroristes dépassent, des fois, celles générées par les guerres militaires survenues entre des pays.

Les travaux de ce congrès qui se poursuivront jeudi avec la participation de délégations de plusieurs pays, se penchent sur l’examen des moyens à même de lutter contre le terrorisme, ainsi que de plusieurs questions relatives à l’Organisation.