abou-mohammad-al-jolani-chef-d-al-nosra_5644817

Préparée depuis quelques jours par le groupe Al Qaida qui a appelé le commandement du Front al-Nosra à aller de l’avant de manière à préserver l’intérêt de l’islam et des musulmans et à protéger les gens du djihad en Syrie », comme l’avait annoncé cheikh Ahmad Hassan Abou el-Kheir dans un enregistrement audio diffusé préalablement sur internet, jeudi, la rupture entre le Front al-Nosra, unique branche syrienne d’Al-Qaida, depuis 2013, va été annoncée ce même jeudi, par voix de son chef, Abou Mohammad al-Jolani. Le nouveau Front issu de cette scission est baptisé Front Fateh al-Cham, soit le Front de conquête de Damas. Cham peut signifie Levant mais aussi, dans le dialecte syrien, la ville de Damas et par extension la Syrie.

Le chef du groupe armé syrien s’exprimait, lors d’une apparition inédite, dans un enregistrement diffusé par la chaîne de télévision Al Jazeera.

« Nous remercions les commandants d’Al-Qaïda pour avoir compris la nécessité de rompre les liens (…) », a indiqué Ahmed Hussein al-Shar’a, alias Abou Mohammad al-Jolani, chef de cet important groupe djihadiste en Syrie.

Classé groupe « terroriste » par Washington, le Front al-Nosra a été visé à plusieurs reprises par les frappes de la coalition anti-djihadiste mais dans une moindre mesure comparé au groupe Etat islamique EIEI).

La principale différence entre Al-Nosra et l’EI réside dans le fait que le premier est allié avec les rebelles combattant les troupes d’Assad et s’est constitué un soutien populaire, tandis que l’EI combat tous ceux qui ne lui prêtent pas allégeance.

L’expert des groupes djihadistes Charles Lister, l’un des premiers à annoncer cette scission, avait tweeté cette semaine que l’objectif d’Al-Nosra était de se protéger d’une éventuelle campagne russo-américaine, de s' »incruster davantage dans la révolution syrienne et de garantir son avenir à long terme ».