128133-une-salle-de-classe

Par El Mostafa NASSIRI. Comme si tous les maux dont souffrent les secteurs sociaux en Algérie ne suffisaient pas pour accabler ce pays aux prises avec de grandes problématiques et des contestations populaires que révèlent dans leur accuité la chute des cours de pétrole, voila qu’il fait face à une épidémie de poux  qui se propage dans plusieurs régions du pays .

Le site algérien TSA, qui rapporte cette information, cite « plusieurs pharmaciens » l’ayant rapportée. Ce n’est pas la première fois qu’une telle épidémie de propagation des poux se déclare en Algérie, puisqu’il affirme que « la rentrée scolaire marque èdonc- le retour de ces parasites qui envahissent le cuir chevelu de nos enfants.

« Shampoing, spray et gel anti-poux, nous vendons ces produits en grande quantité depuis deux mois, il y a une épidémie qui se propage, ça c’est certain », affirme Farida pharmacienne à Alger centre.

TSA cite un « docteur », président du Conseil national de l’ordre des médecins qui affire que les recommandations sont toujours les mêmes. « Il faut surtout lutter contre les lentes des poux en utilisant les produits curatifs qui existent en pharmacie. Pour les garçons, il est préférable de tondre les cheveux. Pour les filles c’est un peu plus compliqué, il faut faire un épouillage avec un anti-insecte et éviter le contact avec d’autres enfants pendant quelques jours afin de limiter la contamination », conseille le médecin ».

« Pour éviter que l’épidémie se propage au niveau des écoles, le médecin appelle les parents d’élèves à faire preuve de plus de civisme et les enseignants à être vigilants », rapporte TSA.

Les malheurs n’arrivant jamais seuls, cette épidémie qui « frappe » l’école algérienne, survient après les nouvelles qui se suivent et persistent relatives aux maux dont celle-ci souffre, comme la triche aux examens et la fraude au baccalauréat, et les résultats piteux obtenus par ce pays classé avant(dernier dans l’enquête PISA, de l’OCDE, sur l’éducation, tout récemment publiée, et qui a intégré l’Algérie dans la série des 72 pays sur lesquels elle a porté au titre de 2015.

Il faut dire que, dans ce cadre qui interpelle plutôt ceux qui ont en charge la gestion du système d’enseignement, l’Algérie ne détient pas l’exclusivité en matière de contreperformance et de résultats médiocres.

L’enquête PISA 2015, réalisée par l4OCDE, a été récemment publiée. Elle a porté sur lesp performances  des élèves -âgés de 15 ans- en sciences et leurs attitudes à l’égard de la science, sur leur performance en compréhension de l’écrit et en mathématiques et sur l’équité dans l’éducation . Dans le cadre de cette enqête, la situation de72 pays et économies, 15 pays membres de l’OCDE et 36 pays et économies partenaires a été passée au peigne fin.

Dans les sciences, l’Algérie est classée à l’avant-dernière place avec un score de 376, contre  Singapour 556 classée 1ère.

En matière de compréhension de l’écrit, l’Algérie se classe également avant-dernière réalisant un score de 358 pour 535 obtenu par Singapour, toujours première.

Dans la matière des mathématiques l’Algérie ne bouge pas de son avant-dernière place avec un score de 360, aux antipodes de Singapour qui obtient 564.

En matière d’équité dans l’éducation, l’Algérie ne fait mieux puisqu’elle se maintient avant-dernière avec un score de avant dernier 376, loin derrière Singapour toujours en tête avec  556.