7756871180_des-islamistes-dans-le-nord-du-mali-en-aout-2012

Deuxième parie. Nous poursuivons la publication d’extraits de l’importante étude de l’Institut français des relations internationales intitulée « AQMI et Al-Mourabitoun : le djihad sahélien réunifié ? » traitant des relations entre le groupe de Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoun, à AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique), dirigé par Abdelmalek Droukdel,  trois ans après la scission intervenue entre eux.

Cette étude a été réalisée par M. Marc Mémier, spécialiste des questions sécuritaires et groupes armés djihadistes dans ces régions, et publiée par l’IFRI (l’Institut français des relations internationales). Elle tente de répondre à de nombreuses interrogations sur les objectifs et les intérêts des deux chefs jihadistes, actifs dans le Sahel et en Afrique du Nord.

 

Le groupe Al-Mourabitoun est structuré autour d’un Conseil consultatif, une « Choura » (littéralement « consultation ») qui serait constitué d’une dizaine de membres dont les émirs et vice-émirs des Enturbannés (deux Algériens), des Signataires par le sang (un Algérien et un Nigérien) et du MUJAO (un Malien et un Mauritanien). Outre  ces six personnes, il comprendrait quelques conseillers . Dans le communiqué de fondation, Belmokhtar et Tilemsi affirment avoir cédé la direction de l’organisation à une « autre personnalité » sans en indiquer le nom. En mai 2014, suite à l’élimination par les forces françaises d’Abou Bakr Al-Nasr, ce dernier a été présenté par certains médias comme l’émir désigné d’Al-Mourabitoun lors de la fondation du groupe. Bien qu’annoncée, la direction du groupe n’a été attribuée à personne. D’ailleurs, la mort de Tilemsi en décembre 2014 réglera ce problème et ouvrira la voie à l’officialisation de Belmokhtar comme émir.

L’auteur rappelle la crise de leadership dans laquelle cette annonce a été faite. Le 13 mai 2015, Lehbib Ould Ali Ould Saïd Ould Joumani (plus connu sous son nom de guerre d’Adnane Abou Walid Al- Sahraoui), ancien cadre et porte-parole du MUJAO, se présente dans un enregistrement audio comme l’émir d’Al-Mourabitoun et annonce le ralliement du groupe à l’État islamique. Il L’auteur note que l’allégeance d’Al-Sahraoui à l’EI est intervenue quelques mois après une rencontre qui aurait eu lieu entre la fin d’année 2014 et le début 2015 entre MBM et le chef de l’EI en Libye. Ce dernier aurait voulu négocier avec Belmokhtar un accord pour ouvrir à l’EI les portes du Sahel ; une proposition qu’aurait rejetée Belmokhtar. Deux jours après l’annonce d’Al-Sahraoui, le 15 mai, Belmokhtar dément l’information qui « ne respecte pas les conditions et règles de la Choura » et par conséquent « n’engage pas le groupe ». Il renouvelle son allégeance au leader d’Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri. Un nouveau communiqué d’Al-Mourabitoun, en date du 21 juillet 2015, annonce la destitution d’Al- Sahraoui et l’élection de Belmokhtar par les membres de la Choura comme émir. Afin sans doute de dissiper les confusions après la création d’un groupe du même nom dans le Sinaï (Egypte) et de clarifier son appartenance à Al-Qaïda, Al-Mourabitoun adopte pour la première fois dans ce même communiqué le nom « Al-Mourabitoun-Al-Qaïda pour le djihad en Afrique de l’Ouest » (cette appellation sera remplacée par « Al- Mourabitoun-Al-Qaïda pour le djihad en Afrique » dans les communiqués suivants).

 

 

Selon l’étude, Al-Mourabitoun (la branche de Belmokhtar fidèle à Al-Qaïda) se déclinerait autour d’une branche

malienne, dirigée par Tilemsi jusqu’à son élimination en décembre 2014 puis reprise par Al-Sahraoui jusqu’à sa destitution, et une branche libyenne autour de Belmokhtar. Selon l’auteur de l’étude, Al-Mourabitoun serait aujourd’hui sous commandement basé en Libye avec MBM et des combattants éparpillés par petites cellules dans plusieurs pays sahéliens ainsi que certains pays côtiers d’Afrique de l’Ouest. Les communications entre le commandement et les effectifs sont assurées, entre autres, par l’envoi d’émissaires ou l’utilisation de certains réseaux sociaux comme l’application de messagerie sécurisée Telegram.

Les combattants évoluent de l’est de la Mauritanie jusqu’au nord du Tchad et particulièrement au Nord-Mali, de la région de Timétrine (sud de Tessalit) à la vallée du Tilemsi jusqu’à Ansongo (sud de Gao). Plusieurs petites sections (environ trois à quatre d’une dizaine de combattants chacune) se déplaceraient également au niveau de la zone frontalière entre la Libye et le Niger.

Al-Mourabitoun dispose par ailleurs de connexions avec certains autres groupes djihadistes de la région dont Ansar Dine et notamment sa katiba Macina au Mali, les sections libyenne et tunisienne d’Ansar al- Charia (« Les partisans de la Charia »), ainsi qu’Ansaru au Nigeria. Les relations du groupe s’étendraient jusqu’en Egypte avec une organisation pro-Al-Qaïda revendiquant depuis août 2015 le même nom d’Al- Mourabitoun dans ses communiqués. Ces liens seraient avant tout idéologiques.

Les effectifs sont composés majoritairement de Touaregs et d’Africains noirs alors que les Arabes sont minoritaires. Ils sont pour la plupart Maliens (notamment des Peuls des régions de Mopti et Gao) mais on trouve aussi des Nigériens, Sénégalais, Burkinabés ainsi que quelques Mauritaniens. Le mouvement compte également parmi ses cadres des Algériens et des Tunisiens. Les effectifs de l’organisation sont difficiles à établir. Selon l’étude la « brigade » que mentionne le communiqué de fondation indique généralement au moins entre 50 et 100 hommes. Ce communiqué ayant été bien relayé dans toute la sous-région, il est probable que les effectifs aient pu augmenter assez rapidement pour atteindre jusqu’à 200 hommes.

Un proche de MBM, interrogé à la prison de Niamey fin 2014, a révélé que les effectifs du groupe à cette date étaient de 250 à 300 individus. À la fin du premier trimestre 2015, le journaliste Lemine Ould M. Salem, estimait les effectifs entre 500 et 600 hommes. Le groupe compterait toutefois aujourd’hui entre 200 et 250 hommes, dont seulement une cinquantaine de combattants actifs. Ceux-ci seraient répartis entre une et deux petites cellules de quelques hommes dans plusieurs pays sahéliens, y compris des pays côtiers comme la Côte d’Ivoire. Elles effectueraient plusieurs types de missions dont du renseignement, des activités de propagande, de l’entraînement et la préparation d’opérations85. Le faible nombre de combattants actifs ne signifie pas nécessairement un affaiblissement du mouvement. Il correspond davantage aux réalités d’une stratégie de guerre asymétrique qui ne nécessite pas un grand nombre de combattants actifs mais quelques-uns bien répartis dans plusieurs cellules.

 

 

D’où proviennent les financements

 

Principale source de financement des katibas d’AQMI, les rançons issues des prises d’otage ont perdu cette fonction depuis l’intervention militaire franco-africaine en 2013, même si quelques rares enlèvements ont été entrepris depuis 2013. La situation n’a rien de comparable avec celle qui prévalait avant l’intervention française, notel’étude qui rappelle que deux rapts ont été officiellement revendiqués par

Al-Mourabitoun depuis sa création. Le premier est celui d’un ressortissant roumain enlevé au nord du Burkina Faso (Tambao) en avril 2015 par la branche dissidente d’Al-Sahraoui et aujourd’hui toujours en captivité88. Le

second est l’enlèvement d’un couple d’Australiens, également au nord du Burkina Faso (Djibo) en janvier 2016, par la branche de Belmokhtar. Selon  Al-Mourabitoun, les deux Australiens, Eliot Arthur et son épouse Joséphine Kenneth, avaient été enlevés pour $etre échangés contre des djihadistes emprisonnés dans la région. Joséphine Kenneth aurait été relâchée peu après son enlèvement sans contrepartie alors que son mari demeure en captivité.

Une autre source de financement d’AQMI et de ses affiliés qui a été largement avancée par divers acteurs est le trafic de stupéfiants, dont celui de la cocaïne. En l’absence de preuves tangibles sur cette source de financement présumée, l’étude invite à observer la prudence à ce propos. L’affaire « Air Cocaïne » de 2009 au nord de Gao ainsi que l’implication de figures notables du MUJAO dans ce genre de trafics ont contribué à répandre deux idées erronées : la place centrale de la route terrestre sahélo-saharienne (notamment via le Nord-Mali) dans le trafic transnational de cocaïne d’une part ; l’implication massive et généralisée des groupes armés djihadistes dans ces trafics d’autre part. L’étude ne nie pas l’existence de liens entre certains groupes, dont AQMI, et le trafic de stupéfiants, mais affirme qu’ils ne doivent pas être surestimés. Elle avance que, d’une manière générale, il demeure très peu probable que le trafic de drogue ait constitué une source de financement de premier plan d’AQMI et d’Al-Mourabitoun, même s’il a pu alimenter, parfois de façon substantielle, les revenus de certains groupes comme le MUJAO.

 

Surnommé « Mr Marlboro » par les services algériens, Belmokhtar a régulièrement été présenté comme un grand narco-djihadiste trempant dans divers trafics, dont ceux des cigarettes et des stupéfiants. Ces accusations ont toujours été niées par l’intéressé. Se référant à l’enquête menée par Lemine Ould Mohamed Salem, et aux déclarations de plusieurs responsables sahéliens qui l’ont fréquenté, l’étude affirme que, si Belmokhtar a effectivement été impliqué dans divers trafics – comme la contrebande de produits subventionnés en Algérie (denrées alimentaires de base, médicaments, carburant, etc.) revendus au marché noir dans les pays sahéliens ou utilisés comme monnaie d’échange – il n’est pas le grand trafiquant de drogues décrit par certains. L’homme serait avant tout un « islamiste pur et dur » qui considère ces trafics comme « haram » (interdit par l’islam), selon elle.

 

 

L’étude estime que s’il est peu probable qu’Al-Mourabitoun tire une partie conséquente de ses financements du trafic de drogue, le groupe bénéficierait plus indirectement de ces trafics en jouant un rôle de passeur ou de protection de différentes formes de cargaisons traversant la zone, dont certaines pouvant contenir des stupéfiants.

Le modèle économique du groupe aurait évolué depuis 2013 et ses financements seraient de deux origines.

Se référant aux déclarations plusieurs combattants d’Al-Mourabitoun interrogés au sein de prisons sahéliennes la partie la plus importante des fonds proviendrait de dons privés originaires du Moyen-Orient. Ces fonds emprunteraient une voie relativement officielle – à travers des organisations humanitaires, des fondations

religieuses ou encore le financement de mosquées – et par une voie plus officieuse, à travers un réseau de commerçants sahéliens qui assurerait la tansition fonds depuis la région d’origine du donateur jusqu’à la destination finale. Ces deux voies sont d’ordre privé, indirects et passent par de nombreux intermédiaires.

L’étude révèle qu’une partie des fonds proviendrait de Libye à travers l’implication du mouvement dans divers trafics locaux ou encore des actions de protection et de sécurisation d’infrastructures pétrolières effectuées pour le compte de milices libyennes. Selon un récent rapport de l’opération navale européenne Sophia, rédigé par son commandant le vice-amiral Enrico Credendino, le trafic de migrants au départ du littoral libyen générerait des profits annuels entre 275 et 325 millions d’euros. Si aucune mention spécifique à Al-Mourabitoun n’est faite, il est précisé qu’AQMI bénéficierait financièrement de ces trafics (dont les connexions remontent jusqu’aux pays sahéliens) avec la complicité d’une tribu touareg implantée dans le sud-ouest de la Libye.

 

 

 

Opération spectaculaires

 

S’agissant du modus operandi , l’étude précise qu’à l’instar d’Al-Qaïda, Al-Mourabitoun opère par attentats-suicides, prises d’otage et assassinats ciblés contre les intérêts occidentaux, et notamment français, ainsi que leurs alliés dans la région. Son armement provient en partie des stocks des armées nationales (principalement du Mali) à la suite d’attaque de patrouilles, de convois, et de casernes ou acquis grâce à la corruption, et surtout des armes récupérées en Libye suite au déclenchement de la guerre civile dans le pays en 2011. l’étude précise encore que la groupe Al-Mourabitoun, profitant du réseau de Belmokhtar en Libye,  aurait entretenu des activités de contrebande auprès de diverses milices libyennes ayant pris le contrôle des dépôts d’armement.

Selon l’étude de l’IFRI, le premier fait d’arme majeur de ce groupe remonte à date de mars 2015 lorsque le groupe commet, pour la première fois depuis le début de l’intervention française, un attentat au coeur de la capitale Bamako. En août de cette même année, Al-Mourabitoun revendique l’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré (région de Mopti) où résidait du personnel de la MINUSMA. Aux côtés des forces françaises, la mission onusienne au Mali est particulièrement prise pour cible.

Cependant, Al-Mourabitoun s’illustrera surtout par trois attaques d’envergure, menées en collaboration avec AQMI, touchant à quelques semaines d’intervalle trois capitales ouest-africaines : la prise d’otage du Radisson Blu de Bamako (20 novembre 2015), les attentats contre le restaurant Capuccino et l’hôtel Splendid de Ouagadougou (15 janvier 2016) et la fusillade intervenue à la station balnéaire de Grand Bassam à proximité d’Abidjan (13 mars 2016). Selon l’étude, chacun de ces attentats est mené avec un mode opératoire semblable : l’attaque est conduite par un commando de deux à quatre hommes, d’origine africaine et souvent très jeunes, armés de fusils d’assaut de type AK et de modèle 56-1. Les lieux visés sont des cibles dites « molles » accueillant un grand nombre d’expatriés occidentaux. À Ouagadougou et Grand Bassam, AQMI dit également avoir ciblé des repaires des services occidentaux en Afrique de l’Ouest où s’organisent « la guerre contre l’islam et la spoliation des richesses de l’Afrique ».

L’étude de l’IFRI révèle que ces trois attaques successives illustrent l’intégration progressive d’Al- Mourabitoun au sein d’AQMI. En effet, le processus d’assimilation d’une brigade est généralement marqué par une gradation opérationnelle dans la collaboration et les actions qui sont mises en place. L’analyse des communiqués de revendication est à cet égard intéressante, note l’étude. L’attentat du Radisson Blu a d’abord été revendiqué par Al-Mourabitoun qui indique toutefois avoir conduit l’opération « en lien avec AQMI ». Cette attaque revêt, selon l’étude,  une importance particulière puisqu’elle est la première démonstration opérationnelle de grande ampleur de la collaboration entre les deux organisations. Droukdel déclarera ainsi seulement deux semaines plus tard, dans un enregistrement audio revendiquant également l’attentat, que l’alliance « s’est concrétisée lorsque deux martyrs ont signé par le sang cette unité en attaquant l’hôtel Radisson ».

Quant aux attentats de Ouagadougou ils seront revendiqués d’abord par d’Al-Mourabitoun le jour même puis par AQMI dans un texte beaucoup détaillé deux jours plus tard, sans que ce groupe fasse référence à Al-Mourabitoun, note l’étude.

L’étude précise que  la fusillade de Grand-Bassam fera l’objet d’un communiqué d’AQMI uniquement  (un premier diffusé le soir même de l’attaque puis un second plus détaillé le lendemain), qui ne manquera toutefois pas de diffuser les photos des assaillants en précisant qu’ils étaient d’Al-Mourabitoun.

Selon l’étude, le fait qu’Al-Mourabitoun n’ait pas publié son propre communiqué démontre une certaine forme

d’assimilation du groupe au sein d’AQMI, comme brigade interne et non plus comme une organisation détachée. D’un point de vue formel au moins, la relation entre les deux groupes a donc progressivement évolué d’une collaboration opérationnelle à une forme d’intégration.