oui

Les trois attentats perpétrés lundi en Arabie Saoudite ont suscité l’indignation de la communauté musulmane du fait c’est Médine, deuxième ville sainte de l’islam, et plus précisément les abords de de la mosquée du Prophète, qui fut l’objet d’une attaque terroriste et que les trois attentats surviennent à un moment de ferveur et de dévotion et à la veille du mois sacré du Ramadan et à à l’approche de la fête de l’Aïd.

L’attaque de Médine s’est produite en début de soirée devant la Mosquée du Prophète, un site très fréquenté par les fidèles en cette période du mois de Ramadan.

Un kamikaze est mort en actionnant ses explosifs près du poste de sécurité de la mosquée du prophète à Médine a déclaré un porte-parole des services de sécurité à l’agence de presse officielle SPA. L’explosion a coûté la vie à quatre gardes et cinq autres ont été blessés, a-t-il dit. Des photos circulant sur les réseaux sociaux montrent de la fumée noire et des flammes près de la mosquée qui abrite le tombeau du prophète Mahomet.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que les forces de sécurité avaient repéré un suspect dans un parking qui se dirigeait vers la Grande mosquée. « Alors que des agents de sécurité tentaient de l’intercepter, il a fait actionner sa ceinture d’explosifs, tuant quatre d’entre eux et en blessant cinq autres », a précisé le ministère.

Deux explosions ont également secoué la ville de Qatif, dans l’est du pays, où vivent de nombreux membres de la minorité chiite du royaume, rapportent des témoins, qui disent avoir vu des restes humains provenant sans doute d’un kamikaze.

Un habitant de Qatif a déclaré que l’explosion n’avait apparemment pas fait de victime en dehors de l’assaillant. La défense civile nettoyait le site de l’attentat où les policiers relevaient des indices, a-t-il ajouté.

Ces attentats survenus en début de soirée ont été précédés d’une autre attaque, commise dans la nuit de dimanche à lundi devant le consulat américain de Jeddah, la deuxième ville d’Arabie saoudite.

L’assaillant a garé sa voiture sur le parking de l’hôpital Dr Suleiman Faqeeh, situé en face du consulat américain à Jeddah, sur la côte ouest de l’Arabie Saoudite. Et, dans la nuit de dimanche à lundi 4 juillet, vers 02h15 du matin, le kamikaze s’est fait exploser alors que deux agents de sécurité venaient de l’approcher, a indiqué le ministère saoudien de l’Intérieur.

« Il s’est fait exploser sur le parking de l’hôpital avec une ceinture explosive », a précisé le ministère. « Il a été tué. Deux agents de sécurité ont été légèrement blessés et hospitalisés », ajoute le communiqué. Aucun passant n’a été touché, mais des véhicules se trouvant sur le parking ont été endommagés.

La télévision d’État saoudienne a déclaré pour sa part que l’explosion s’était produite près d’une mosquée, juste avant les prières de l’aube après lesquelles les musulmans entament leur jeûne quotidien pendant le mois sacré de ramadan.

Les enquêteurs s’efforcent de déterminer l’identité de l’auteur de l’attentat, a ajouté le ministère de l’Intérieur. L’attaque n’a pas été revendiquée. Mais depuis la fin de 2014, les membres des forces de sécurité saoudiennes et la minorité chiite de ce royaume sunnite ont souvent été frappés par des actes de violence meurtrière revendiqués par l’organisation jihadiste État islamique (EI).

À Washington, un porte-parole du département d’État a déclaré: « Nous sommes au courant des informations sur une explosion à Jeddah et nous travaillons avec les autorités saoudiennes pour recueillir davantage d’informations ». Il a indiqué que tous les membres du personnel de la mission diplomatique américaine étaient recensés.

Les attaques conte les trois villes saoudiennes n’ont pas été revendiquées jusqu’à présent.

Le monde musulman a vivement condamné l’attaque perpétrée lundi, avant-dernier jour du ramadan, à Médine, la deuxième ville sainte de l’islam.

Les autorités musulmanes ont condamné avec force l’attentat-suicide sans précédent perpétré près de la Mosquée du Prophète dans la ville sainte de Médine, un lieu où toute violence est prohibée.

L’ataque de Madine provoqué l’indignation générale des responsables sunnites comme chiites. Al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite, basée au Caire, a condamné cet acte avec force et rappelé la « sacralité des lieux saints, particulièrement la Mosquée du Prophète ». Mahomet a passé les dix dernières années de sa vie à Médine où il est mort en 632. Il est enterré dans cette mosquée située à l’est de la ville.

Le comité des oulémas saoudiens, la plus haute autorité religieuse du royaume, a qualifié les responsables de l’attentat de « renégats […] qui ont violé tout ce qui est sacré ». De son côté, le président de Majlis al-Choura (Conseil consultatif), Abdallah al-Cheikh, a souligné que « ce crime répugnant ne peut venir d’une personne ayant la moindre foi ».

L’Iran, grand rival régional de l’Arabie saoudite, a pour sa part condamné « fermement le terrorisme sous toutes ses formes et partout dans le monde » et appelé à « l’unité internationale et régionale contre ce phénomène », selon Bahram Ghassemi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Pour Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne, « il n’y a plus de ligne rouge pour les terroristes. Les sunnites et les chiites seront victimes à moins que nous soyons unis ».

Le mouvement chiite libanais Hezbollah a vu dans cet attentat « un nouveau signe du mépris des terroristes pour tout ce que les musulmans considèrent comme sacré ».

En Irak, théâtre d’une vague de violences sur fond de tensions confessionnelles, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmed Jamal, a estimé que ces attentats « témoignent de l’idéologie déviante que portent les bandes takfiries [extrémistes sunnites] comme Daech [autre acronyme de l’EI] ».

« Le terrorisme ne fait pas de distinction entre les religions, les peuples et les valeurs sacrées », a pour sa part dénoncé le Premier ministre turc, Binali Yildirim, dont le pays a également subi une série d’attaques ces dernières semaines.

Pour le mouvement islamiste sunnite palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ces attentats sont « un défi pour les musulmans de par le monde et une provocation à leurs sentiments ».

Le Maroc condamne fermement

Le Royaume du Maroc a condamné fermement les attentats terroristes lâches ayant visé la Mosquée du Prophète à Médine et les villes de Qatif et Jeddah en Arabie Saoudite soeur, faisant plusieurs victimes et des blessés.

Le Royaume du Maroc exprime « sa ferme condamnation de ces actes terroristes lâches qui visent à terroriser les citoyens et à porter atteinte à la quiétude des fidèles et aux Lieux Saints », indique, mardi, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

Tout en exprimant ses vives condoléances et sa compassion aux familles éplorées et au peuple saoudien frère, le Royaume du Maroc réaffirme sa solidarité constante et effective avec le Royaume d’Arabie Saoudite dans ses efforts visant à lutter contre le fléau du terrorisme abjecte, ainsi que son soutien permanent avec ce pays pour défendre les Lieux Saints et préserver la sécurité et la stabilité de l’Arabie Saoudite, ajoute le communiqué.

(MAP-05/07/2016)