oui maxresdefault

Le nouveau plan de l’Eau est érigé en priorité en vue d’accompagner les grands projets mis en œuvre au Maroc et les politiques sectorielles de développement et constitue la référence principale de la politique nationale de l’eau . Le Plan de l’eau tente d’apporter des solutions aux problèmes de l’augmentation de la demande, de la pollution des ressources et de la gouvernance dans la gestion de ces ressources

Mme Charafat Afailal, ministre déléguée chargée de l’Eau, qui présidait, vendredi, à Fès, la première session du Conseil d’Administration de l’Agence du Bassin Hydraulique du Sebou au titre de l’année 2016,  a expliqué que ce plan, qui a pour objectif de répondre aux besoins du Maroc en eau à l’horizon 2030, est une synthèse des plans directeurs d’aménagement intégré des ressources hydrauliques, élaborés par les Agences des bassins hydrauliques du Maroc, notant que le plan traite de toutes les problématiques concernant la gestion des ressources hydrauliques et apporte des réponses « précises » à tous les défis du secteur.

Mme Afailal a rappelé la réalisation prochaine de deux barrages d’une capacité de stockage de 1210 millions M3 dans les provinces de Sefrou et Khemisset. Il s’agit des barrages Amdaz sur Oued Sebou (province de Sefrou), d’une capacité de 700 Mm3 et d’Ouljet Soltane (510 Mm3) sur Oued Baht (province de Khémisset).

Ces nouvelles infrastructures hydriques à fort impact socio-environnemental, a-t-elle ajouté, devront assurer l’approvisionnement en eau potable des zones rurales et accompagner les activités agricoles au niveau de la plaine de Saiss.

La ministre a également souligné que le bassin hydraulique de Sebou fait face à de nombreuses contraintes concernant principalement la raréfaction des ressources, la répartition inégale dans l’espace et dans le temps et la pollution, ainsi que les inondations et l’érosion. Elle a, dans ce sens, relevé que la gestion et la résolution de ces problèmes requièrent l’implication de tous les intervenants dans ce chantier national de la gestion rationnelle des ressources hydrauliques.

Elle a aussi rappelé l’accord de don signé en juin dernier à Rabat, entre son département et l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), pour le financement du Plan directeur pour la gestion et la protection contre les inondations dans le bassin de Sebou.

Mme Afailal a, par ailleurs, mis en exergue la contribution de l’agence de Sebou (ABH), à travers notamment la protection des ressources en eau, le contrôle du taux de pollution, l’organisation des campagnes de sensibilisation et le soutien technique aux stations de traitement des déchets oléicoles et industriels. L’agence de Sebou, a-t-elle souligné, œuvre de concert avec l’ensemble des intervenants, notamment les pouvoirs publics, les instances élues et les établissements publics afin d’accompagner la dynamique économique que connaît la région de Fès-Meknès.

Le conseil d’administration de l’ABH qui s’est tenu en présence notamment du wali de la région Fès-Meknès, Said Zniber, du gouverneur de la province de Moulay Yacoub, Nourddine Abboud, de la directrice de l’ABH, Samira El Houat et de représentants des instances élues de la région, a été marquée par l’approbation du procès-verbal du dernier conseil d’administration et la présentation d’un exposé sur le bilan de l’exécution de l’exercice de l’année 2015 et la situation hydrologique, ainsi que du rapport d’audit des comptes de l’Agence pour l’année 2015.

Il a été procédé également, au terme du conseil, à l’adoption des conventions signées entre l’ABH de Sebou et les différents instituts public et privés de la région pour la réalisation des infrastructures nécessaires à la prévention et à la lutte contre les inondations.

(MAP-01/07/2016)