moton5010

L’enquête menée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST), avec les extrémistes partisans de Daech, extradés le 26 août 2016 de France, a révélé leurs orientations terroristes et leur adhésion totale à la stratégie de cette organisation, a indiqué jeudi le ministère de l’Intérieur. L’une des personnes arrêtées a été recrutée par un dirigeant de Daech actif sur la scène syro-irakienne, qui l’a appelé à suspendre son projet de rejoindre ce foyer de tension, dans le but de coordonner des opérations terroristes d’envergure en France au nom de l’«État islamique», a précisé le ministère dans un communiqué.

En exécution de ce plan terroriste, le mis en cause a effectué des opérations de surveillance et de repérage de plusieurs sites et cibles publics sensibles dans son lieu de résidence en France, en particulier ceux qui connaissent une forte affluence de citoyens lors des vacances de fin de semaine, et ce en prévision de leur attaque par des armes à feu, en fonçant sur les foules avec une voiture ou en déclenchant des incendies, dans le but de faire le plus grand nombre de victimes. En parallèle, l’intéressé a adhéré à une large campagne d’incitation auprès des partisans de Daech pour l’exécution d’opérations terroristes d’envergure au Maroc prenant pour cible des secteurs vitaux et les éléments des différents services de sécurité, et ce en représailles à la lutte de ces services contre les cellules et individus imprégnés de l’idéologie de Daech, aussi bien au niveau national qu’international. Les deux mis en cause seront déférés devant la justice aussitôt terminée l’enquête en cours sous la supervision du parquet compétent.