Boutf_423500336

Nul autre que la président algérien, Abdelaziz Bouteflika, ne pouvait être le premier  pour prononcer les éloges funèbres à la mémoire de Mohamed Abdelaziz, pour son abnégation et sa fidélité à l’Algérie dans son entreprise contre l’intégrité territoriale du Maroc.

Recoquevillé sur sa position hotile au Maroc, le président algérien a adressé un message de condoléances au président du « conseil national sahraoui » qui s’apparente à un véritable éloge funèbre rendu au séparatiste défunt,  où il fait de celui qui fut son fidèle serviteur, un « vaillant militant ».

Peiné » par la mort de celui-ci le Président algérien s’est dit « d’autant plus peiné par la nouvelle de son décès que le défunt ait rendu l’âme avant de voir se concrétiser, l’objectif pour lequel il a voué sa vie entière et avant que le soleil de liberté ne se lève sur sa patrie, lui qui nourrissait de grands espoirs, en oeuvrant dans ce sens, d’y retourner avec ses compagnons libres et souverains à travers la consécration véritable du plan de paix onusien sur la question du Sahara occidental ». Bouteflika exprime, assurément, dans ce passage de son éloge, ses propres regrets concernant ses visées hégémoniques sur la Sahara marocain non réalisées. Son dépit, en l’occurrence, tout en y exprimant les moyens et voie de les atteindre et que n’aurait jamais pu entrevoir le défunt « militant », sans l’appui algérien.

Bouteflika évoque, dans son message, un parcours vide de Mohamed Abdelaziz, qu’il tente de parsemer, dans son étroit chemin, d’actions sans éclat et sans gloire parce qu’elles furent de pures manœuvres entreprises par le maître algérien.

 

Le président algérien affirme, dans son message, que « le peuple sahraoui frère vient de perdre un de ses symboles et la communauté internationale et tous les opprimés de la terre, un messager des valeurs de liberté et de coexistence pacifique.

Bouteflika s’est pleinement donné, dans son message, pour faire, ici-bas, du défunt qui a quitté définitivement ses services voués à l’Algérie, un héros national, voir international et un martyr, parmi ceux qui sont « voués à une vie éternelle » dans l’au-delà.

Le président algérien revient immanquablement  à la réalité des choses, mais non à la raison, lorsqu’il recommande à la « direction du Front Polisario » de poursuivre l’agression contre le Maroc en affirmant clairement que « l’espoir du peuple algérien et de tous les peuples qui soutiennent la cause du peuple sahraoui est que la direction du Front Polisario trouve le meilleur moyen de poursuivre la lutte au sein de l’unité… »

El Mostafa NASSIRI