consommation_0_0

Les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP, montrent qu’au premier trimestre de 2016, l’Indice de Confiance des Ménages (ICM), est à son niveau le plus bas depuis plus de huit ans, soit le début de l’enquête de conjoncture auprès des ménages, menée par le HCP en 2008.

L’ICM a baissé de 5,5 points par rapport au quatrième trimestre de 2015 et de 2,1 points par rapport au même trimestre de l’année 2015.

 C’est ainsi qu’au premier trimestre de 2016, l’ICM s’établit à 71,6 points, contre 77,1 points un trimestre auparavant  et 73,7  points le même trimestre de l’année passée.

Rappelons que L’Indice de Confiance des Ménages (ICM) est calculé sur la base de sept indicateurs, quatre relatifs à la situation générale et trois à la situation propre du ménage :

-évolution  passée du niveau de vie ;

-perspective d’évolution du niveau de vie ;

-perspective d’évolution du nombre de chômeurs ;

-opportunité d’achat de biens durables;

-situation financière actuelle des ménages ;

-évolution  passée de la situation financière des ménages ;

-évolution  future de la situation financière des ménages.

Ressenti d’une forte détérioration du niveau de vie

Au premier trimestre de 2016, les perceptions par les ménages de l’évolution passée du niveau de vie se sont détériorées de 9,1 points par rapport au trimestre précédent et de 8,8 points par rapport au même trimestre de l’année passée.

La même tendance a été enregistrée pour les perspectives d’évolution du niveau de vie qui, atteignant leurs niveaux les plus pessimistes depuis 2008, ont connu une détérioration de 6,1 points par rapport au trimestre précédent et de 5,4 points par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Les attentes des ménages, concernant l’évolution du chômage sont plus pessimistes . Au premier trimestre de 2016, 75,2% des ménages s’attendent à une hausse du nombre de chômeurs pour les 12 mois à venir contre 7,5% qui pensent le contraire.  Avec un niveau négatif de -67,7 points, le solde de cet indicateur, s’est détérioré de 3,6 points par rapport à un trimestre auparavant et de 2,5 points par rapport à un an auparavant.

Les ménages continuent de percevoir la conjoncture comme moins propice à l’achat des biens durables. Ainsi, un peu plus de 59% des ménages marocains considèrent, au premier trimestre de 2016, que le moment n’est pas opportun pour faire des achats de biens durables alors que 19,1%  pensent le contraire. Le solde relatif à cet indicateur s’établit à -40,2 points en dégradation de 2,7 points par rapport au trimestre précédent et de 3,2 points par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Détérioration de la situation financière des ménages 

Au premier trimestre de 2016, 59,2% des ménages considèrent que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 34,0% d’entre eux déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 6,8% affirment pouvoir épargner une partie de leur revenu. Le solde de l’indicateur relatif à la situation financière actuelle des ménages s’établit, ainsi, à un niveau négatif de -27,2 points, en dégradation de 1,5 point par rapport au trimestre précédent et en amélioration de 5,2 points par rapport au même trimestre de 2015.

Quant aux perceptions des ménages sur l’évolution passée de leur situation financière personnelle, le solde d’opinion atteste d’une détérioration aussi bien par rapport au trimestre précédent (-8,9 points) qu’au même trimestre de l’année précédente (-0.4 point).

De leurs parts, les opinions des ménages sur l’évolution future de leur situation financière personnelle ont connu une détérioration de 6,4 points par rapport au trimestre précédent et  une amélioration de 1,1 point par rapport à un an auparavant.

Pessimisme concernant la capacité à épargner

En plus des sept indicateurs composant l’ICM, l’enquête fournit des données trimestrielles sur la perception des ménages relatives à d’autres aspects de leurs conditions de vie. Il s’agit en particulier de la capacité des ménages à épargner et de l’évolution des prix des produits alimentaires.

Au premier trimestre de 2016, 84,9% des ménages estiment ne pas pouvoir épargner au cours des 12 prochains mois contre 15,1% qui affirment le contraire. Le solde relatif à l’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne, qui est de -69,7 points, enregistre une détérioration de 0,5 point par rapport au trimestre précédent et une amélioration de 0,1 point par rapport au même trimestre de l’année précédente.

Prix  des produits alimentaires en hausse

Au premier trimestre de 2016, 86,4% des ménages estiment que les prix des produits alimentaires ont augmenté durant les 12 derniers mois, 12,7% jugent qu’ils ont stagné et 0,9 % croient qu’ils ont baissé. Avec un niveau de -85,5 points, le solde de cet indicateur a quasi stagné par rapport au trimestre précédent mais s’est amélioré de 1,7 point par rapport au même trimestre de 2015.

S’agissant des perspectives d’évolution des prix des produits alimentaires, 80,2% des ménages pensent qu’ils continueront à augmenter dans le futur contre 18,8% qui prévoient leur stagnation et 1% leur baisse.

Avec -79,3 points, le niveau le plus bas depuis 2008, le solde relatif aux perspectives d’évolution des prix perd 4,1 points par rapport au trimestre précédent et 2,1 points par rapport au même trimestre de l’année passée.