oui DSCN1382

Suite à la publication par certains medias nationaux d’un article au sujet de la présence de champignons dans le couscous marocain et en complément aux clarifications communiquées à la MAP le 16 aout 2016, l’ONSSA (Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires) tient à rassurer le public sur la qualité et la sécurité sanitaire du couscous marocain en précisant que les contrôles réguliers effectués sur les semoules, pâtes et couscous par ses services au niveau de la distribution n’ont pas révélés d’anomalies particulières qui peuvent porter préjudice à la santé des consommateurs.

L’ONSSA l’incite à s’approvisionner auprès des points de vente garantissant les bonnes conditions de présentation, de stockage et de conservation.

L’ONSSA précise que les champignons sont des microorganismes qui peuvent contaminer ou se développer dans les céréales (et autres produits alimentaires) avant et après récolte. Leur présence dans ces produits est bien connue et ne devient préoccupante que si les conditions de stockage et de manipulation ne sont pas appropriées. Dans de telles conditions, ces champignons prolifèrent et produisent des toxines (mycotoxines) qui peuvent avoir un impact sur la sécurité sanitaire des aliments si les limites maximales autorisées sont dépassés. Ces limites sont réglementés au niveau international par la norme Codex STAN 193 et par le règlement CE 1881/2006/CE au niveau de l’UE.

L’ONSSA, en sa qualité d’autorité compétente en matière de sécurité sanitaire des produits alimentaires, effectue des contrôles permanents tout au long de la chaine alimentaire : à l’importation, à l’exportation et au niveau du marché local. C’est le cas pour la filière « couscous » dont la production est assurée par une quarantaine d’unités industrielles agréées sur le plan sanitaire par l’ONSSA et disposent d’un système d’autocontrôle et de traçabilité des produits qu’elles mettent sur le marché. La production annuelle est de l’ordre de 130 000 tonnes dont environ 10 000 tonnes sont exportées vers divers pays des 5 continents.

A l’importation, le contrôle de l’ONSSA concerne les céréales utilisées comme matière première par le biais de prélèvements d’échantillons pour analyses au laboratoire (dont les mycotoxines). Des contrôles sont également effectués au niveau du marché local aussi bien au niveau de la production que de la distribution. Les contrôles réguliers effectués sur les semoules, pâtes et couscous par les services de l’ONSSA au niveau de la distribution n’ont pas révélés d’anomalies particulières qui peuvent porter préjudice à la santé des consommateurs. En outre, les exportations nationales du couscous n’ont enregistré, jusqu’à présent, aucune alerte ou refoulement de la part des pays importateurs suite aux contrôles effectués par ces pays.

Compte tenu de ce qui précède, l’ONSSA rassure le consommateur sur la qualité et la sécurité sanitaire du couscous marocain et l’incite à s’approvisionner auprès des points de vente garantissant les bonnes conditions de présentation, de stockage et de conservation.