banque-islamique-890x395_c-660x330

 

Conformément à l’article 8 de la loi 39-89 du  11 Avril 1990, autorisant le transfert d’entreprises publiques au secteur privé, telle qu’elle a été modifiée et complétée et à la loi la loi 103-12 relative aux établissements de crédits et organismes assimilés, le Crédit agricole du Maroc a été autorisé à prendre une participation de 51% dans le capital de la banque participative qui sera créée en partenariat avec la Société islamique de développement du secteur privé.

Cet article 8 dispose qu’ » Aucune création d’entreprise publique, à l’exception de celles dont la création relève de la loi, aucune création de filiale ou de sous-filiale d’entreprise publique, aucune prise de participation d’une entreprise publique dans une entreprise privé ne pourra, à peine de nullité, être réalisée sans une autorisation donnée par décret pris sur la proposition du ministre chargé de la mise en oeuvre des transferts et précédé d’un exposé des motif..

A cet égard, les mesures nécessaires ont été prises en vue de la création de cette banque dédié à cette nouvelle activité dans le cadre d’un partenariat avec  la Société Islamique pour le Développement du secteur privé  (ICD) , filiale privée du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), qui envisage de développer son expertse dans ce domaine au Maroc. Ce partenariat a été couronné par la signature d’une convention approuvée par les partenaires concernés.

Le Crédit  agricole du Maroc vise, à travers la création de cette banque, à se positionner fortement comme acteur essentiel dans le marché nancaire participatif, en particulier au niveau du monde rural et ce à travers l’attraction d’une large tranche de la population qui n’entretiennent pas de ralation avec les banques traditionnelles, en plus de répondre à la hausse de la demande locale de ce type de nouveaux financements, ce qui permettra d’élargir l’accès à ces services bancaires.

La banque participative vise également à mettre en place des modes innovants de financements participatifs en se référant pour ce faire à l’expertise de la Société islamique de développement du secteur privé dans ce domaine.

Cette banque sera crée sous la forme de société en participation avec conseil d’administration avec un capital initial de 200 millions de dirhams réparti entre le Crédit agricole du Maroc qui en détient 51% et la Société islamique de développement du secteur privé avec 49% du capital. Ce capital sera augmenté pour atteindre 400 millions de dirhams.

Au terme du décret n° 2.16.712 du 6 septembre 2016, le Crédit agricole du Maroc a été autorisé à participer à hauteur de 51% dans le capital de la banque participative qui sera créée en partenariat avec la Société islamique de développement du secteur privé.