pret-immobilier

En glissement mensuel, l’agrégat M3 a marqué, en juin 2016, une hausse de 2% pour s’établir à 1 162,6 MMDH, reflète principalement l’accroissement de 2,6% du crédit bancaire et de 3% des créances nettes sur l’Administration Centrale. En revanche, les réserves internationales nettes sont restées quasiment à leur niveau du mois précédent. Par catégorie de crédit, la hausse a été de 6,7% pour les facilités de trésorerie, de 0,6% pour les crédits immobiliers et de 0,7% pour les crédits à l’équipement. En glissement annuel, le rythme de croissance de l’agrégat monétaire M3 s’est inscrit en décélération à 4,7% contre 5,3% en mai 2016. Cette évolution reflète principalement le repli des comptes à terme de 1% après leur hausse de 3,2% et l’accentuation de la baisse des détentions des agents économiques en titres d’OPCVM monétaires à -8,7% au lieu de -0,9%. De même, le taux d’accroissement des comptes d’épargne est revenu de 6,1% à 5,9%. En revanche, le rythme de croissance des dépôts à vue auprès des banques s’est accéléré de 6,9% à 8,2% et celui de la circulation fiduciaire de 6,4% à 7,2%. Par contrepartie, l’évolution de M3 résulte du ralentissement de 2,6% à 2% de la croissance du crédit bancaire et de 25,2% à 24,4% de celle des réserves internationales nettes. En revanche, les créances nettes sur l’Administration Centrale ont vu leur baisse s’atténuer à -6,8% contre -10,9% en mai 2016. Par objet économique, la décélération du crédit bancaire reflète principalement la baisse de -1,2% après une hausse de 1,9% en mai 2016 des prêts à caractère financier, le repli de -0,5% après – 0,3% des facilités de trésorerie et le ralentissement de la croissance des crédits à l’équipement de 3,4% à 3,2%. Pour ce qui est des prêts immobiliers et à la consommation, leurs taux de progression se sont accrus de 2,1% après 1,8% et de 5% après 4,5% respectivement. Par secteur institutionnel, le taux d’accroissement annuel des crédits au secteur non financier est resté au même niveau qu’en mai, soit 2,7%, résultat de l’effet combiné de l’accélération de la progression des crédits aux ménages à 4,1% après 2,9% et de la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non financières publiques à 3,3% après 7,7% et des concours aux sociétés non financières privées à 1,3% après 1,9%. Les données trimestrielles du crédit bancaire par branche d’activité font ressortir une accélération, en glissement annuel, du crédit bancaire à 2% en juin 2016 après 1,5% en mars 2016. Cette évolution résulte, d’une part, d’une atténuation de la baisse tant des prêts accordés à la branche « bâtiments et travaux publics » de -0,9% après -4,7%, que de ceux aux « industries manufacturières » de -0,1% après -2% en mars 2016 et, d’autre part, d’une hausse de 2,1% après 1,1% des concours alloués aux « activités financières » et de 8% après 1,3% de ceux au « commerce ». En revanche, la progression des crédits accordés à la branche « agriculture et pêche » a enregistré une décélération à 0,8% au lieu de 1,8% en mars 2016.