topelement

L’ancien président tchadien, Hissène Habré, a été condamné, lundi 30 mai, à la prison à perpétuité, à Dakar, où il était jugé par un tribunal qui l’a reconnu coupable de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et de viols.

Jugé depuis le 20 juillet 2015, bien après son arrestation à Dakar, le 30 juin 2013, par les Chambres africaines extraordinaires (CAE), créées à la suite d’un accord entre le Sénégal et l’Union africaine(UA), Hissène Habré a récusé ces juridictions et refusé de s’exprimer ou de se défendre devant elles.

Le procès de Hissène Habré qui, durant sept mois,  a vu défiler des centaines de témoins et les représentants de 4 000 de victimes qui se sont portées parties civiles, est le premier au monde dans lequel un ancien chef d’Etat comparait devant une juridiction autre que celle de son pays.

Selon une commission d’enquête tchadienne, le bilan de la répression sous Hissène Habré aurait fait quelque 40 000 morts.

Hissène Habré a dirigé le Tchad pendant huit ans, de 1982 à 1990,  année où il fut renversé par  l’un de ses plus proches conseillers et chef d’état-major, l’actuel président Idriss Déby Itno. Habré s’était alors enfui pour se réfugier au Sénégal, en décembre 1990.