members-of-cybercriminal-group-dd4bc-captured-says-europol-spotlight-01

Selon la police européenne Europol, une gigantesque opération de blanchiment d’argent au Maroc en provenance d’Europe a été découverte portant sur plus de 300 millions d’euros blanchis au Maroc via le Moyen-Orient. Une équipe conjointe d’enquête (joint investigation team -JIT) composée d’enquêteurs et d’autorités judiciaires de la France, de la Belgique et des Pays-Bas a mené une action contre un réseau de blanchiment d’argent dont les membres étaient actifs en Europe occidentale et au Maroc.

Cette opération, entreprise le 21 novembre et soutenue localement par des experts d’Europol, a été conduite par plus de 450 agents de police simultanément en France (Gendarmerie Nationale), en Belgique (Police Judiciaire Fédérale) et aux Pays-Bas (Nationale Politie) et a entraîné l’arrestation de 36 suspects.

Les membres du JIT enquêtent depuis 2015 sur les activités de cette structure complexe impliquée dans le blanchiment d’argent au Maroc du produit du trafic de drogue en Europe, avec un montant total de fonds déjà blanchis estimé à plus de 300 millions d’euros.

Le modus operandi des criminels consistait en l’utilisation de courtiers en espèces qui voyagent en voiture pour ramasser le produit du trafic de drogue dans toute l’Europe occidentale (taux de collecte supérieur à 1 million d’euros par mois) et les transporter vers la Belgique et les Pays-Bas. L’argent a été blanchi au Maroc via le Moyen-Orient en utilisant des canaux financiers non réglementés (le système Hawala), ne laissant aucune trace évidente de piste pour les enquêteurs de l’application de la loi.

L’hawala (de l’arabe Hawala) désigne un réseau informel de transfert de fonds d’un lieu à un autre par le biais de courtiers — les hawaladars —, quels que soient la nature de la transaction ou les pays impliqués.

Eurojust a été invitée à faciliter la transmission et l’exécution des requêtes et à aider une équipe conjointe d’enquête entre la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Europol soutient cette opération depuis juillet 2015 en fournissant un appui analytique et opérationnel  à tous les États membres concernés. Des bureaux mobiles ont été déployés à Paris et à Bruxelles le jour de l’action pour aider les autorités nationales. Plus de 5,5 millions d’euros en espèces ont été saisis, ainsi que 800 000 euros d’or, deux armes semi-automatiques et des munitions.

À toutes les étapes de cette enquête complexe, l’échange d’informations entre les autorités nationales, Europol et Eurojust s’est révélé essentiel.