04-13-2016General

L’Assemblée générale des Nations Unies a rencontré mardi deux nouveaux candidats au poste de Secrétaire général de l’ONU, en plus des neuf ayant précédemment pris part à ces dialogues informels publics, une procédure inédite dans l’histoire de l’Organisation.

Miroslav Lajčák, Ministre des affaires étrangères de Slovaquie, est passé le premier mardi matin, suivi dans l’après-midi de Susana Malcorra, actuelle Ministre des affaires étrangères d’Argentine et ancienne Chef de cabinet de l’actuel Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Chaque candidat a deux heures au cours desquelles il doit faire une présentation orale de sa candidature et de la façon dont il compte faire face aux défis auxquels est confrontée l’ONU et ensuite répondre à des questions posées par les Etats membres et la société civile.

  1. Lajčák et Mme Malcorra ont officiellement déposé leur candidature en mai, venant s’ajouter à neuf autres candidats qui ont déjà passé leur ‘entretien d’embauche’ devant l’Assemblée générale mi-avril.

Ces neuf autres candidats sont, par ordre d’apparition :

  • Igor Luksic, le Vice-Premier ministre et Ministre des affaires étrangères et de l’intégration européenne du Monténégro ;
  • Irina Bokova, l’actuelle Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ;
  • Antonio Guterres, qui était récemment encore Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés ;
  • Danilo Türk, ancien Président de Slovénie ;
  • Vesna Pusic, ancienne Ministre des affaires étrangères et des affaires européennes et ancienne Première Vice Premier ministre de Croatie ;
  • Natalia Gherman, ancienne Vice-Premier ministre et ancienne Ministre des affaires étrangères et de l’intégration européenne de la République de Moldavie ;
  • Vuk Jeremic, qui fut Président de la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies et a été Ministre des affaires étrangères de Serbie ;
  • Helen Clark, ancienne Premier ministre de Nouvelle-Zélande et actuelle Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ;
  • et Srgjan Kerim, ancien Ministre des affaires étrangères de l’ancienne République yougoslave de Macédoine et Président de la 62ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Au terme des dialogues informels publics de mardi, le Président de l’Assemblée générale, Mogens Lykketoft, s’est félicité de cette procédure inédite dans l’histoire des Nations Unies.

« Ce dialogue a permis de faire la lumière sur le type de personnalité que les Etats membres recherchent pour leur prochain Secrétaire général », a déclaré M. Lykketoft. « Ils sont à la recherche d’un Secrétaire général fort, indépendant et courageux, qui fera pleinement usage des pouvoirs qui lui sont conférés dans la Charte des Nations Unies ».

Le Président de l’Assemblée générale a par ailleurs ajouté qu’il était encore temps pour d’autres candidats à la fonction de Secrétaire général de présenter leur candidature, tout en leur enjoignant à le faire dans les plus brefs délais.

Ces dialogues publics informels sont une nouveauté dans le processus de sélection du Secrétaire général, qui doit aboutir à la recommandation d’un candidat par le Conseil de sécurité de l’ONU. Jusqu’à présent, les huit précédents Secrétaires généraux que l’ONU a eus en 70 ans d’existence ont tous été sélectionnés par les 15 membres dans le cadre d’un processus relativement fermé. Les promoteurs de ces dialogues informels espèrent que cet exercice de transparence dans la sélection du prochain Secrétaire général influera sur la recommandation faite par le Conseil.