oui Ali-Bongo-officiellement-candidat

Après plusieurs heures de suspense, La commission électorale nationale (Cénap) du Gabon a validé, mercredi 31 août, la réélection du président Ali Bongo Ondimba réélu président du Gabon face à son rival Jean Ping, a-t-on appris auprès de membres de cette institution à la sortie de sa réunion plénière, rapporte la chaîne de télévision internationale  France 24.

La chaîne précise que l ministre de l’Intérieur est désormais le seul habilité à proclamer légalement ces résultats officiels provisoires du scrutin de samedi à la télévision, depuis le siège de la Cénap, dans une allocution attendue prochainement.

Elle rapporte que, dans la journée, les délégués de l’opposition avaient claqué la porte de la Cénap, dénonçant le « vol de l’élection par Ali Bongo » et « une mascarade électorale », rapporte Patrick Fandio, envoyé spécial de France 24 à Libreville.

La contestation s’est focalisée, les résultats de l’une des neuf provinces du pays, le Haut-Ogooué, fief de l’ethnie Téké du président Bongo. Les procès verbaux mentionnent que le président sortant aurait obtenu dans cette province 95,46 % des suffrages, avec une participation de 99,93 % pour 71 714 inscrit, scores contestés fermement par le camp Ping.

Le Président Bango aurait rempoerté 49,80 % des vies au niveau national contre 48,23 % pour son rival Jean Ping, avec un taux de participation de 59,46 %, toujours selon ces documents provisoires.

Ce qui représente une différence de 5.594 voix en faveur d’Ali Bongo devant Jean Ping sur 627.805 électeurs inscrits pour l’élection présidentielle qui s’est déroulé dans le calme.