oui AIC_8527

Une mutinerie s’est déclenchée au Centre de Réinsertion des Jeunes de la prison civle de Okacha, à Casablanca, où un groupe de détenu a déclenché un incendie. L’intervention des pompier a été rendue difficile par les mutins qui se sont emparé d’un véhicule de la protection civile pour enfoncer le portail de la prison.

Les policiers sont intervenus et fait usage de leurs armes. La situation était confuse et des témois ont fait état de plusieurs blessés ou morts dans l’enceinte de la prison où des colonnes de fumée s’élevaient dans le ciel.

Neuf pensionnaires du centre de rééducation Ain Sebâa de Casablanca ont été atteints d’asphyxie, suite à un incendie qui s’est déclaré, jeudi soir, dans cet établissement, selon un bilan provisoire.

L’incendie, qui s’est déclaré vers 19h30, a causé l’asphyxie de nombre de pensionnaires, ce qui a nécessité leur transfert à l’Hôpital Mohammed V à Hay Mohammadi pour recevoir les soins nécessaires, selon autorités locales, citées par la MAP.

Un communiqué publié par la Direction générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a précisé les pensionnaires ont tenté de s’emparer des armes des fonctionnaires de la DGAPR. La situation a été débloquée suite à l’arrivée d’un groupe d’intervention de la police. Certaines sources font état d’une quarantaine de blessés.

L’ordre et la sécurité ont été rétablis au centre de rééducation pour jeunes de Ain Sebâa à Casablanca, qui a connu, jeudi, des actes de vandalisme perpétrés par des pensionnaires du Centre.

 « Les différents services administratifs de l’établissement ont repris leur cours normal après la maitrise de la situation », a assuré vendredi Hassan Hmina, directeur régional de l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion, lors d’une conférence de presse, faisant état de blessures dans les rangs des éléments des forces de l’ordre dans le cadre de l’intervention menée pour rétablir l’ordre et la sécurité au niveau de l’établissement.

« Cinq éléments de la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ont été blessés », a-t-il indiqué, notant que ces actes de vandalisme ont causé de grands dégâts matériels au niveau des services administratifs de l’établissement.

Il a ajouté que l’ensemble des prisonniers sont en bonne santé à l’exception de neufs cas d’asphyxie, faisant savoir qu’il sera procédé prochainement à l’organisation de visites familiales au profit des familles des prisonniers.

Rappelant que cette mutinerie a été exécutée suivant un plan minutieusement préparé par des meneurs, qui n’ont pas hésité à incendier des lits pour provoquer la fumée dans le but d’attirer et de piéger les fonctionnaires de l’établissement pour sortir du quartier de détention, le responsable a dit que les autorités judiciaires compétentes ouvriront une enquête judiciaire sur cette affaire.