1

En glissement trimestriel, l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a connu un accroissement de 2,5% reflétant les augmentations de 1,9% des prix pour le résidentiel, de 2,8% pour le foncier et de 7% pour les biens à usage professionnel.

Pour ce qui est des transactions, elles ont accusé un recul de 13,9%, traduisant un repli des ventes de toutes les catégories d’actifs.

En glissement annuel, les prix ont marqué une hausse de 7,6%, résultat des progressions de 7,1% pour le résidentiel, de 7,9% pour le foncier et de 11,7% pour les biens à usage professionnel.

Les transactions ont diminué de 2%, avec des baisses de 1,4% pour le résidentiel, de 5,4% pour le foncier et de 1% pour les actifs à usage professionnel.

 

 

Villas : flambée des prix

 

En glissement trimestriel, les prix du résidentiel se sont accrus de 1,9%, sous l’effet notamment d’une augmentation de 2,3% pour les appartements. En parallèle, les transactions se sont repliées de 12,5%, traduisant des diminutions des ventes d’appartements de 11,9%, des maisons de 24% et des villas de 3,3%.

En glissement annuel, les prix ont connu une augmentation de 7,1%, avec notamment des hausses de 8,4% pour les appartements et de 9% pour les villas. Concernant les transactions, elles ont baissé de 1,4%, avec des replis de 0,9% pour les appartements, de 8,9% pour les maisons et de 1,2% pour les villas.

Foncier

Les prix ont progressé de 2,8% d’un trimestre à l’autre et de 7,9% en glissement annuel. A l’inverse, les ventes se sont repliées de 20,5% en variation trimestrielle et de 5,4% par rapport au premier trimestre 2016.

Commercial

L’indice des prix a enregistré une hausse de 7% d’un trimestre à l’autre, avec des progressions de 4% pour les locaux commerciaux et de 22,4% pour les bureaux. Pour leur part, les transactions ont diminué de 8,9% globalement, reflétant des régressions de 9,5% pour les locaux commerciaux et de 5,8% pour les bureaux.

En glissement annuel, les prix ont progressé de 11,7%, avec des hausses respectives de 10,6% et de 17,9% de ceux des locaux commerciaux et des bureaux. En ce qui concerne les transactions, leur nombre a augmenté de 1%, recouvrant une baisse de 2,7% pour les locaux commerciaux et une hausse de 30,3% pour les bureaux.

En glissement trimestriel, à l’exception de Rabat et Kenitra, les prix ont augmenté dans les principales villes. S’agissant des transactions immobilières, elles se sont accrues à Casablanca et Tanger et ont diminué dans les autres grandes villes.

Hausse à Casablanca et baisse à Rabat

Au niveau de Casablanca, les prix ont augmenté de 2%, en relation avec la progression de 0,6% pour les appartements, de 5,8% pour les maisons et de 4,3% pour les villas. A l’inverse, les prix des terrains ont diminué de 0,3%. Concernant les transactions, leur nombre, et sous l’effet principalement d’un accroissement de 9,7% des ventes d’appartements, se sont accrues de 4,7%.

A Rabat, les prix ont régressé de 1,7%, résultat principalement d’une baisse de 7,5% pour les terrains, les prix des appartements ayant, en revanche, progressé de 1,1%. Pour ce qui est des ventes, elles ont sensiblement reculé de 49,7%, avec en particulier une contraction de 51% des transactions portant sur les appartements.

Au niveau de Marrakech, les prix ont augmenté de 2,9% globalement, de 3,3% pour les appartements, de 1,9% pour les terrains et de 5,8% pour les bureaux. En ce qui concerne les transactions, elles se sont repliées de 24,8%, avec des baisses de 27,5% pour les appartements et de 29,9% pour les terrains.

A Tanger, les prix ont progressé de 4,4%, résultat essentiellement du renchérissement de 10,6% des appartements et de 1,6% des terrains, alors que les locaux commerciaux ont vu leur prix reculer de 1,8%. S’agissant des transactions, elles ont augmenté de 3,5%, sous l’effet d’une hausse de 6,8% pour les appartements. Les transactions portant sur le foncier et les biens à usage professionnel ont, par contre, baissé de 0,4% et de 21,9% respectivement.