Sécurité-alimentaire

Les importations dépassent de 4,8 Mds DH les exportations tirées par la progressions d’achats de biens d’équipement et de produits finis de consommation, ce qui laisse supposer que l’on investit et que les ménages consomment, la première hypothèse étant probable mais non tout-à-fait validée par ces seuls chiffres, et la seconde étant certaine étant donné les conditions de la production agricole et celles des autres secteurs et branches qui s’y rattachent. Selon les deniers chiffres de l’Office des changes qui demeurent préliminaires, relatifs aux échanges extérieurs au titre des cinq premiers mois de l’année 2016, ceux-ci font ressortir une augmentation des importations (+6,7Mds DH) plus importante que celle des exportations (+1,9 Md DH), ce qui se traduit par une aggravation du déficit de 4,8 Mds DH.

La hausse des importations de 4,3% (163,3Mds DH contre 156,6Mds DH) est imputable en particulier à l’accroissement des acquisitions de biens d’équipement (+7,3Mds DH), de produits finis de consommation (+4,6Mds DH) et de demi produits (+3,2Mds DH). En revanche, cette évolution a été légèrement atténuée par la régression des achats de produits énergétiques de 9Mds DH (19,9Mds DH contre 28,9Mds DH à fin mai 2015). Hors produits énergétiques, les importations enregistrent une augmentation de 12,3% ou +15,8 Mds DH.

Ainsi, les importations de produits alimentaires se sont établies à 20,02 Mds DH à fin mai cotre  18,11 Mds DH durant la même période de 2015, soit une hausse de 10,6%.

Les importations de blé ont progressé, durant la même période, de 16,8% pour s’établir à 7,13 Mds DH, contre 6,2 Mds DH durant ces périodes.

S’agissant des exportations, en dépit de la baisse des ventes de phosphates et dérivés de 2 Mds DH, celles-ci s’inscrivent en hausse de 2%: 95,9 Mds DH au lieu de 94 Mds DH à fin mai 2015. Ce résultat fait suite à la progression des exportations de tous les autres secteurs, essentiellement celles du secteur automobile (+3,1Mds DH), de l’«agriculture et agro-alimentaire » (+0,9 Md DH) et du secteur textile et cuir (+0,7 Md DH). Hors phosphates et dérivés, les exportations augmentent de 5,2% ou +3,9 Mds DH.

Ainsi, le déficit commercial s’établit à 67,4 Mds DH à fin mai 2016 au lieu de 62,6Mds DH un an auparavant et le taux de couverture se situe à 58,7% contre 60%.

S’agissant des flux financiers, les recettes MRE s’élèvent à 24,3 Mds DH contre 23,4Mds DH un an auparavant, en progression de 4,1% ou +1 Md DH. De même, les recettes touristiques augmentent de 6,4% ou +1,3 Md DH : 21,5 Mds DH contre 20,2 Mds DH une année auparavant.

Enfin, le flux des investissements directs étrangers (IDE) enregistre un recul de 22,5% ou –2,8 Mds DH: 9,6 Mds DH contre 12,4 Mds DH à fin mai 2015. Cette évolution s’explique par la hausse des dépenses (+53,5% ou +1,4  Md DH) associée à la diminution des recettes (-9,1% ou -1,4 Md DH).