hassad-aic0

 

L’approche marocaine en matière de lutte antiterroriste est fondée sur trois axes : l’anticipation, l’encadrement du champ religieux et la lutte contre toutes les formes d’exclusion

Le ministre de l’Intérieur, M. Mohamed Hassad a mis en relief, mercredi au Parlement européen à Bruxelles, la pertinence de l’approche marocaine en matière de lutte anti-terroriste et en a exposé les grands axes devant un parterre de députés et de responsables européens.

Intervenant lors d’une conférence débat intitulée ‘’renforcer la sécurité et la stabilité en Méditerranée : le rôle du Maroc’’, M. Hassad s’est d’emblée référé au discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion du 63-ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple dans lequel le Souverain a condamné vigoureusement le meurtre d’innocents, en se disant convaincus que « l’assassinat d’un prêtre est un acte illicite selon la loi divine, et que son meurtre dans l’enceinte d’une église est une folie impardonnable et que les terroristes qui agissent au nom de l’Islam ne sont pas des musulmans et n’ont de lien avec l’Islam que les alibis dont ils se prévalent pour justifier leurs crimes et leurs insanités ».

Le ministre a fait remarquer que c’est la première fois qu’un chef d’État musulman s’exprime de façon aussi explicite sur ce phénomène, soulignant que SM le Roi, Amir Al Mouminine, a ainsi exprimé la véritable position de l’Islam vis-à-vis des auteurs des actes terroristes.

  1. Hassad a fait observer que les premières victimes touchées directement et indirectement par le terrorisme sont les Musulmans qui en pâtissent à cause d’attentats et d’actes racistes et islamophobes, chaque fois qu’une attaque est perpétrée en Europe ou ailleurs, outre les répercussions économiques et sociales.

Il a par la suite affirmé que le Maroc a fait de la lutte contre le terrorisme et les réseaux terroristes un axe stratégique de sa politique de sécurité, ajoutant que tous les moyens humains, légaux (lois) et matériels nécessaires sont en permanence mobilisés pour renforcer cette politique.

M. Hassad a indiqué que l’approche marocaine en matière de lutte antiterroriste est fondée sur trois axes à savoir l’anticipation, l’encadrement du champ religieux et la lutte contre toutes les formes d’exclusion, rappelant à cet égard le démantèlement de dizaines de cellules terroristes par les services de sécurité marocains, et les efforts considérables déployés par le Royaume pour ériger en centre de développement des régions économiquement faibles et lutter contre l’habitat insalubre, les bidonvilles et la marginalisation.

Le ministre de l’Intérieur a, d’autre part, insisté sur l’importance de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme, observant qu’aucun pays ne peut à lui seul mener cette bataille avec succès, soulignant à ce propos la bonne coopération que le Royaume entretient avec de nombreux pays.

M. Hassad a précisé, que dans sa lutte contre le terrorisme, le Maroc veille scrupuleusement au respect des droits de l’homme et des libertés individuelles, précisant que toutes les opérations se font sous la supervision du parquet.

Le ministre a également mis en avant les efforts menés par le Maroc en matière de gestion des flux migratoires, soulignant l’étroite coopération que le Royaume entretient à cet effet avec les pays concernés, avant de rappeler dans ce contexte la décision du Maroc de régulariser la situation de milliers de migrants en situation illégale dans le cadre de la nouvelle politique migratoire qu’il a adoptée depuis 2013.

Le ministre de l’Intérieur a enfin souligné que pour le Maroc, l’Europe constitue un choix stratégique, faisant savoir que le Royaume adhère aux valeurs européennes de liberté, d’ouverture et de respect des droits des individus.

« Le débat sur la sécurité et la stabilité en Méditerranée : le rôle du Maroc’’ organisé à l’initiative de plusieurs députés européens a été l’occasion de souligner l’expérience singulière du Maroc en matière de lutte antiterroriste en adoptant une démarche multidimensionnelle qui englobe à la fois le volet sécuritaire, l’encadrement religieux et la formation, ainsi que le volet social en menant un effort de développement tous azimuts de nature à assurer une meilleure intégration sociale, notamment des jeunes.

La conférence débat a été également l’occasion de souligner la forte teneur du discours de SM le Roi Mohammed VI à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple dans lequel le Souverain a appelé à dresser un front commun contre le fanatisme religieux et invité les membres de la communauté marocaine à rester attachés aux valeurs de l’islam et à leurs traditions séculaires face à ce phénomène.