oui e4aa4f7b448f98857797853ab654a1137a750f3f

Nations Unies: le Maroc a proposé le retour immédiat de 25 civils du personnel de la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Sahara occidental  dans un signe d’apaisement des tensions entre Rabat et les nations Unies, ont affirmé vendredi à Reuters des sources diplomatiques..

L’agence Reuters rappelle que précédemment, cette année, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a utilisé le mot «occupation» pour décrire la récupération par le Maroc de l’ancien Sahara espagnol en 1975, et qui lui a été rétrocédé l(Espagne. Exaspéré par ce qu’il a considéré comme un dérapage du responsable onusien par rapport à une position neutre qu’il devait observer, le Maroc a procédé à l’expulsion de dizaines d’éléments du personnel des Nations Unies travaillant pour la MINURSO.

Le Nations Unies étaient en pourparlers avec le Maroc pour mettre fin au litige. Des sources diplomatiques de l’ONU ont déclaré, sous le couvert d’anonymat, que les discussions semblaient produire des résultats, mais ils ont averti que rien n’a été finalisé ou signé.

« Il est vrai que le Maroc a proposé  le retour de quelque 25 employés, mais que les négociations se poursuivent », a déclaré une source à Reuters.

En avril le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé le mandat de MINURSO pour une année et a exigé la restauration de toutes ses fonctionnalités. Cependant, les diplomates du conseil et les fonctionnaires des Nations Unies ont déclaré que les discussions sur la restauration MINURSO dans ses les fonctionnalités ont été lentes et difficiles.

La controverse ouverte sur les commentaires de Ban Ki Moon lors d’une visite aux camps des Sahraouis est le plus grand différend qui l’a opposé à l’Organisation des Nations Unies depuis 1991, lorsque les Nations Unies ont négocié un cessez-le pour mettre fin à une guerre à propos Sahara occidental et y ont établi la MINURSO.

Les sources diplomatiques ont affirmé qu’autant le Maroc que les Nations Unies voulaient mettre fin à leur différend à la fin. Le Maroc souhaite que Ban Ki Moon s’y déplace pour assister à une réunion de haut niveau consacrée changement climatique en Novembre.

«Si ce différend n’est pas résolu, je ne peux pas imaginer que le secrétaire général assiste, », a déclaré un fonctionnaire des Nations Unies à Reuters sous couvert de l’anonymat.

Le chef de la MINURSO, Hervé Ladsous a informé le Conseil de sécurité des-Nations Unies, jeudi, sur les discussions de la MINURSO. Plusieurs diplomates qui ont assisté à cette session à huis clos ont déclaré à Reuters que  Ladsous a parlé de l’élan positif dans les pourparlers avec le Maroc.

Après les dérapages de Ban Ji Moon, en mars dernier, le Maroc avait exigé que 81 éléments du personnel civil international et trois membres du personnel de l’Union africaine quittent le territoire. Il a également ordonné la fermeture d’un bureau de liaison militaire MINRUSO.

Reuters