Ein Makler für Immobilien mit einem Haus und einem Schlüssel. Erfolgreiche Vermietung und Hausverkauf durch Immobilienmakler.

En glissement mensuel, l’agrégat M3 (composante de la masse monétaire comprenant les pièces  et billets en circulation, avoirs en monnaie scripturale, dépôts à vue et les instruments négociables sur le marché monétaire) s’est contracté de 0,3% pour s’établir à 1.161,8 MMDH, sous l’effet du repli de 0,7% du crédit bancaire et de 0,2% des réserves internationales nettes. En revanche, les créances nettes sur l’Administration Centrale se sont accrues de 0,9%.

La baisse d’un mois à l’autre du crédit bancaire reflète principalement les replis de 5,7% des prêts à caractère financier, de 0,6% des facilités de trésorerie et de 0,1% des crédits immobiliers. En revanche, les concours à l’équipement et ceux à la consommation ont enregistré une hausse de 0,4%.

En glissement annuel, l’agrégat M3 a maintenu quasiment le même taux de progression que le mois précédent, soit 5%. Cette évolution recouvre une décélération de la croissance des dépôts à vue auprès des banques à 7,4% après 8,2%, une accentuation de la baisse des comptes à terme de 1% à 2,4% et un ralentissement de la progression de la circulation fiduciaire à 6,2% après 7,2%. Les détentions des agents économiques en titres d’OPCVM monétaires ont, pour leur part, vu leur baisse s’atténuer de 4,7% à 3,4%.

Par contrepartie, la progression du crédit bancaire s’est accélérée de 2% à 2,2% et les réserves internationales nettes se sont accrues de 21,8% après 24,4%. Les créances nettes sur l’Administration Centrale ont, quant à elles, baissé de 6,1%.

Par objet économique, l’évolution annuelle du crédit bancaire reflète principalement l’accélération du rythme de croissance des crédits à l’équipement de 3,2% à 4,4% et l’atténuation de la baisse des facilités de trésorerie de 0,5% à 0,1%.

En revanche, la progression des crédits à la consommation s’est quasi-stabilisée à 4,9% tandis que le taux de croissance des concours à l’immobilier est revenu de

2,1% à 1,7%.

Par secteur institutionnel, la progression des crédits au secteur non financier s’est inscrite en accélération de 2,7% à 3,2%. Cette évolution résulte d’une légère accélération de la progression des crédits au secteur privé à 2,7% après 2,6% et d’un accroissement de 9,6% après 3,3% des concours aux sociétés non financières publiques.