us-department-of-state

Les élections législatives, qui viennent de se tenir dans le Royaume, ont été accueillies au plan officiel à Washington et au niveau des prescripteurs d’opinion américains comme étant l’illustration d’un engagement continu du Maroc en faveur du processus démocratique dans ses différents aspects, et une nouvelle étape dans ce processus “irréversible” engagé sous le leadership clairvoyant de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Réagissant à ce scrutin, le deuxième du genre sous la constitution plébiscitée par le peuple marocain en juillet 2011, le Département d’Etat à tenu à féliciter, au nom des Etats Unis, le Royaume du Maroc pour “son engagement continu en faveur des processus démocratiques, comme cela a été démontré durant les élections législatives du 7 octobre”.

   “Les Etats Unis félicitent le Maroc pour son engagement continu en faveur des processus démocratiques, comme cela a été démontré durant les élections législatives du 7 octobre”, a indiqué le Département d’Etat, dans une réaction à MAP-Washington, en formant le souhait “de poursuivre notre partenariat avec le gouvernement et le peuple du Maroc, dans un esprit de respect mutuel et de coopération”.

Pour l’ancien ambassadeur américain, Edward Gabriel, le scrutin du 7 octobre constitue “l’illustration de la vigueur de la démocratie marocaine, en droite ligne de la nouvelle ère de modernité lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, depuis Son accession au Trône”.

Ce scrutin fait aussi partie “de ce processus démocratique et d’un agenda de réformes tous azimuts qui touche l’ensemble du territoire nationale et tout particulèrement les provinces du Sud, où les citoyens ont ainsi leur mot à dire pour façonner leur propre avenir et destinée”, fait observer Edward Gabriel, en mettant en exergue l’engagement de tous les instants du Souverain en faveur de ce processus démocratique transparent et irréversible.

Dans un contexte géostratégique plus large, M. Gabriel note qu’avec ce dernier scrutin législatif, “le Maroc se distingue, encore une fois, en tant que modèle régional d’avant-garde de par la vigueur de son processus démocratique et les étapes qu’il a franchies dans ce domaine”.

“Avec les élections présidentielles qui se tiennent aux Etats Unis, le Maroc ne manquera pas de se démarquer auprès de la future administration US parmi les partenaires de Washington les plus privilégiés dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du nord, avec en toile de fond les valeurs et les intérêts que les deux nations ont en partage”, a dit l’ancien diplomate US.

Pour Peter Pham, Directeur de l’Africa Center, relevant du think tank, Atlantic Council, les dernières élections législatives ont été l’occasion pour les populations des provinces du sud “de donner la pleine mesure de leur implication au plus haut point dans le processus démocratique voulu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et ce, encore, une fois, à travers un taux de participation record”.

“A travers cet activisme politique vertueux, dans un cadre éminemment inclusif, citoyen et ouvert, les populations du sud du Royaume ont apporté, si besoin est, la preuve irréfutable de leur engagement dans le cadre de l’intégrité territoriale une et indivisible du Maroc”, a souligné cet éminent expert US de la région.

Cet engagement record lors des différentes consultations électorales renseigne aussi, de par son ampleur nationale, sur l’implication des citoyens de cette partie du Royaume dans le façonnement de leur propre avenir, a fait observer M. Pham.

Dans un autre registre, l’expert US s’est dit “impressionné” par l’engagement citoyen, responsable  et enthousiaste des différentes formations politiques dans ce dernier scrutin électoral, rappelant qu’un total de 1410 listes de candidatures ont été présentées au titre des circonscriptions électorales locales et nationales pour pas moins de 6992 candidatures déposées.

Mettant en exergue le caractère “inclusif” du processus démocratique dans le Royaume, Peter Pham a fait observer que la loi organique 20-16 a abaissé le seuil électoral de 6 à 3 pc, “une modification majeure” par rapport aux premières élections législatives sous la nouvelle constitution, permettant ainsi aux petites formations politiques d’avoir une représentation au sein de l’hémicycle.

Il a également salué l’encouragement des femmes et des jeunes d’être partie prenante dans la consolidation du processus démocratique et de l’Etat de droit dans le Royaume, comme en atteste les 90 sièges, sur les 395 que compte la chambre des présentants, qui ont été réservés à la liste nationale des femmes (60 sièges) et des jeunes (30 sièges).

Abondant dans le même sens, l’ancien diplomate US Robert Holley, a insisté sur  “la maturité de l’électorat dans le Royaume et mis en valeur la grande diversité d’opinions qui animent la société marocaine”.

“Encore une fois, le Maroc a démontré l’envergure et la pleine mesure de son sérieux et de son engagement pour la consolidation du processus démocratique, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI”, soutient cet expert de la région du Maghreb.

Ces dernières élections législatives, a-t-il dit, “ont vu la participation de plusieurs formations politiques représentant une grande diversité d’opinions”, en faisant observer que “le fait que cette diversité s’est exprimée de manière transparente et libre, dans le normalité démocratique, apporte la preuve sans appel de la maturité et du discernement de l’électorat au Maroc, ainsi que de sa foi profonde en les réformes mises en oeuvre sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI”.

Fouad ARIF-.MAP, Washington