Casablanca novembre 2009. 043

Après s’être fortement dégradé au premier trimestre 2016, marqué par l’annonce d’une sévère sécheresse, le moral des ménages s’est relativement amélioré au deuxième trimestre, mais reste affecté par leur persistante préoccupation au sujet de l’emploi et des revenus, affirme le Haut-commissariat au Plan dans son enquête permanente de conjoncture menée auprès des ménages.

Ainsi, au deuxième trimestre 2016, l’indice de confiance des ménages (ICM) est passé à 75,7 points, au lieu de 71,6 points un trimestre auparavant, restant, cependant, en deçà de son niveau du deuxième trimestre de l’année dernière où il avait atteint 76,1 points.

S’agissant de l’évolution des composantes de l’ICM, celles-ci portent sur la perception par les ménages de l’évolution du niveau de vie, du chômage, de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables et de leur situation financière.

Il en ressort une perception du niveau de vie moins pessimiste sur un trimestre que sur une année.

Au deuxième trimestre, le solde d’opinion sur l’évolution du niveau de vie est resté toujours négatif, à moins 15,2 points, au lieu de moins 22,9 points le trimestre précédent et de moins 12,8 points une année auparavant. Globalement, 43,1% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie et 27,9% une amélioration.

Au cours des 12 prochains mois, 35% des ménages s’attendent à une baisse du niveau de vie, 37,6% à un maintien au même niveau, 27,4%  à une amélioration. Le solde d’opinion passe ainsi à moins 7,6 points, au lieu de moins 14,2 points le trimestre précédent et moins 7,3 points une année auparavant.

Au deuxième trimestre, 77% contre 8% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif, à moins 69 points, enregistrant une détérioration aussi bien par rapport au premier trimestre que par rapport au même trimestre une année auparavant où il était respectivement à moins 67,7 points et moins 67,1 points.

Conjoncture peu propice à l’achat de biens durables

Au deuxième trimestre, 56,5% contre 21,7 % des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Malgré une relative amélioration, le solde d’opinion relatif à cette composante est resté négatif, passant à moins 34,8 points, après avoir été de moins 36 points le deuxième trimestre de 2015.

Les résultats de l’enquête du HCP auprès des ménages font ressortir également un sentiment d’une moindre détérioration de la situation financière des ménages exprimé par ceux-ci

Au deuxième trimestre, 60,4% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 31,3 % déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 8,3 % affirment épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion sur la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 23 points, avec cependant une amélioration aussi bien par rapport au premier trimestre que par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière où il était respectivement de moins 27,2 points et de moins 28 points.

Evaluant leur situation financière au cours des 12 derniers mois, 35,7% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée, 12,9% qu’elle s’est plutôt améliorée. Cette perception reste ainsi toujours négative, avec un solde d’opinion de moins 22,8 points, en deçà des moins 20,2 points enregistrés au deuxième trimestre de l’année précédente. En revanche, le regard sur l’avenir des mêmes ménages est resté optimiste. Au cours des 12 prochains mois, 23,9% des ménages s’attendent à une amélioration de leur situation financière, 21,6% à une dégradation. Le solde d’opinion est resté ainsi positif à 2,3 points, contre 1,2 point le trimestre précédent, sans, cependant, rejoindre le niveau des 4,2 points enregistrés une année auparavant.

Evolution d’autres indicateurs trimestriels de la conjoncture

La capacité des ménages à épargner et l’évolution des prix des produits alimentaires sont les deux indicateurs publiés par les notes trimestrielles sur les enquêtes de conjoncture menées auprès des ménages. L’intégralité des indicateurs, qui comprennent en outre d’autres variables, n’est publiée qu’après exploitation des données sur l’ensemble de l’année.

Au deuxième trimestre, 83,3% contre 16,7% des ménages ne s’attendent pas à épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif, à moins 66,6 points, après avoir été de moins 69,7 points le trimestre passé et de moins 67,4 points une année auparavant.

Au deuxième trimestre, 88,5% contre 0,6 % des ménages estiment que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois. Le solde d’opinion est ainsi resté toujours négatif, à moins 87,9 points, après avoir été de moins 85,5 points le trimestre précédent et de moins 85,3 points une année auparavant.

Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 78,3% des ménages. Ils resteraient au même niveau selon 20,7% et devraient plutôt baisser pour 1%. Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 77,3 points, se situant toujours en deçà des moins 75,6 points enregistrés une année auparavant.