Capture-d’écran-2015-01-02-à-16.30.05

Les moyens de paiement sont généralement définis comme les instruments permettant à toute personne physique ou morale de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé.

Outre la monnaie fiduciaire, les moyens de paiement nationaux utilisés regroupent les chèques, les virements, les cartes bancaires, les lettres de change et les prélèvements automatisés.

En vertu des missions et attributions que lui confèrent ses Statuts, Bank Al Maghrib assure la production, l’émission ainsi que le recyclage des billets de banque et des pièces de monnaie. A ce titre, Dar As-Sikkah est chargée de veiller à l’approvisionnement de l’économie nationale en monnaie fiduciaire et de contrôler la qualité de sa circulation.

La demande en cash maintient son trend haussier comme le confirme la croissance du numéraire en circulation d’une année à l’autre. En dépassant pour la première fois la barre des 200 milliards de dirhams, la circulation fiduciaire s’est établie à 206 milliards de dirhams à fin 2015, en hausse de 7,4% un an auparavant.

Cette augmentation, qui est la plus significative constatée après le pic de 9% en 2011, se justifie principalement par l’impact d’une bonne campagne agricole. En termes de moyenne mensuelle, la circulation fiduciaire s’est établie en 2015 à 198 milliards de dirhams en progression de 6,5% par rapport à 2014.

En volume, la circulation des signes monétaires avoisine un total de 1,438 milliards de billets de banque et de 2,569 milliards de pièces de monnaie.

Les moyens de paiement sont généralement définis comme les instruments permettant à toute personne physique ou morale de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé.

Outre la monnaie fiduciaire, les moyens de paiement nationaux utilisés regroupent les chèques, les virements, les cartes bancaires, les lettres de change et les prélèvements automatisés.

 

 

Renforcement de la part de la circulation des billets de la nouvelle série type 2012

En vertu des missions et attributions que lui confèrent ses Statuts, Bank Al Maghrib assure la production, l’émission ainsi que le recyclage des billets de banque et des pièces de monnaie. A ce titre, Dar As-Sikkah est chargée de veiller à l’approvisionnement de l’économie nationale en monnaie fiduciaire et de contrôler la qualité de sa circulation.

La demande en cash maintient son trend haussier comme le confirme la croissance du numéraire en circulation d’une année à l’autre. En dépassant pour la première fois la barre des 200 milliards de dirhams, la circulation fiduciaire s’est établie à 206 milliards de dirhams à fin 2015, en hausse de 7,4% un an auparavant.

Cette augmentation, qui est la plus significative constatée après le pic de 9% en 2011, se justifie principalement par l’impact d’une bonne campagne agricole. En termes de moyenne mensuelle, la circulation fiduciaire s’est établie en 2015 à 198 milliards de dirhams en progression de 6,5% par rapport à 2014.

En volume, la circulation des signes monétaires avoisine un total de 1,438 milliards de billets de banque et de 2,569 milliards de pièces de monnaie.

En s’attachant à la circulation des billets par série d’émission, le renforcement de la part de la circulation des billets de la nouvelle série type 2012 s’inscrit dans l’optique d’améliorer la qualité des billets en circulation.

La circulation des billets type 2012 dont la part est passée de 4% à 30% entre 2013 et 2015, s’est accrue de 104% en un an en poursuivant son développement au détriment des deux anciennes séries 1987 et 2002, dont les parts respectives se sont établies à 5% et 65% à fin 2015.

 

 

Les pièces de 1 DH dominent

 

En augmentation de 7,3% par rapport à 2014, la circulation de la monnaie métallique s’est établie à 3 milliards de dirhams à fin 2015, soit 2,6 milliards d’unités.

La circulation des pièces en volume conserve les même parts enregistrées depuis 2011 et reste dominée par les volumes des pièces de 1 DH, ½ DH, 20 Cts et 10 Cts dont les parts respectives s’établissent à 24%, 15%, 16% et 19%, totalisant environ 74% des quantités de pièces en circulation.

Approvisionnement en billets de banques

L’approvisionnement de l’économie nationale en monnaie fiduciaire est une mission qui relève de Bank Al-Maghrib en vertu du privilège d’émission que lui confère la loi d’une part, et au pouvoir que lui confie son statut d’autre part. La banque centrale est, en effet, la seule compétente à apprécier et entretenir la qualité de la monnaie fiduciaire. Elle peut déléguer cette mission à des établissements spécialisés dans les conditions définies par la loi.

Pour subvenir au besoin national, les sorties globales de billets de banque marocains ont concerné un volume de 2,3 milliards de billets en 2015 en augmentation de 9% par rapport à 2014. Bank Al-Maghrib a assuré 44% des approvisionnements grâce aux sorties au niveau de ses guichets et qui se sont établies à 1,014 milliard de coupures, en hausse de 0,2% par rapport à 2014.

Ces sorties sont constituées de 37% de billets neufs, 27% de billets valides issus du traitement automatique de Bank Al-Maghrib et 36% de billets valides réalisés par les CPT et versés à la Banque Centrale comme excédents des banques commerciales. Ainsi, la contribution réelle de l’Institut d’émission revient à 28% dans l’approvisionnement de l’économie nationale en billets de banques marocains.

Grâce à la délégation accordée par Bank Al-Maghrib, le reste des approvisionnements évalué à 1,294 milliard de coupures a été assuré par les CPT dont la contribution est sans cesse croissante passant de 50% en 2011 à 72% en 2015.

La structure des sorties aux guichets de BAM qui reflète la contribution de la Banque centrale reste

prédominée par les sorties des billets de 200 DH et 100 DH, faisant apparaitre des parts respectives de l’ordre de 46% et 40%.

Il convient de noter que le développement du rôle des CPT dans la filière fiduciaire a contribué à la stabilisation des mouvements de billets de banque aux guichets de Bank Al-Maghrib. Dès lors, les flux de sorties et de versements de billets se sont maintenus à une moyenne d’environ 1 milliard de billets durant les 5 dernières années.

En plus des versements des excédents de billets valides réalisés par les CPT, les versements aux guichets de BAM sont constitués dans leur majorité de billets jugés non valides par les CPT, et qui feront l’objet des opérations de traitement par BAM pour s’assurer, entre autres, de la qualité du

traitement de ces centres.

Globalement, les versements aux guichets de BAM s’inscrivent en repli de 2% pour atteindre 916 millions de billets en 2015 dont 362 millions de BV reçus des CPT. Il est à signaler par ailleurs que la part des BV CPT dans les versements globaux à BAM est passée de 18% à 40% entre 2011 et 2015.

Quant à la structure des versements globaux de billets, celle-ci reste identique à la structure des sorties de billets aux guichets de BAM.

 

 

Approvisionnement de l’économie en pièces de monnaie

En 2015, le volume des sorties globales en pièces de monnaie s’est établi à 555 millions d’unités dont 81% ont été servies par les CPT grâce aux opérations de recyclage de la monnaie fiduciaire.

Le reste, ayant été injecté par BAM, représente un volume de sorties aux guichets de 103 millions de pièces, dont 9% sont des pièces reçus des CPT.

Par comparaison à 2014, les sorties de pièces aux guichets de BAM affichent une hausse d’environ 11% après un recul de 10% un an auparavant. A l’instar des sorties des billets aux guichets de BAM, le volume des sorties de pièces a quasiment stagné à un volume moyen d’environ 100 millions de pièces durant les 5 dernières années, traduisant l’essor du rôle des CPT dans la sphère fiduciaire.

Pour leur part, les versements, chiffrés à 11 millions de pièces, adoptent une tendance baissière confirmée par un repli de 41% par rapport à 2014 et 74% par rapport à 2011.

Le volume des sorties nettes aux guichets, issu de l’écart entre le volume des sorties et le volume des versements de pièces aux guichets de BAM, fait apparaitre pour la première fois depuis trois années la reprise de la prédominance de trois dénominations à savoir 1 DH, ½ DH et 5 DH dans la structure des sorties nettes représentant une part de 63% après avoir été de 48% en 2014 et 44% en 2013.