oui 32457598

Par El Mostafa NASSIRI. Les carnages commis en France contre les populations lors de rassemblements publics, récurrents au cours des dernières années poussent plus loin à chacune de leurs manifestations les limites de l’horreur et de l’imaginable dans lesquelles les conçoivent les extrémismes qui recherchent, à travers leurs actes meurtriers le plus de mal au plus de populations. Cet extrémisme, et le terrorisme qui en est la manifestation opérationnelle sont un danger qui menace et sévit, avec ses impacts spectaculaires et conséquences mortelles, à grande échelle. Ses instruments et moyens sont les armes, les explosifs et quelque véhicule de transport, mais peuvent être simples et disponibles. Le terrorisme est le domaine de l’imagination du mal et non celui de l’expression de l’intelligence. Le radicalisme qui annihile toute notion d’existence pour plonger qui qui s’y convertissent dans un au-delà imaginaire est la seule condition requise la mue terroriste. D’un état à un autre, puis à la mort qui emporte les autres, tout se passe à l’échelle réduite d’une mue d’insecte.

Nice, dans le sud de la France, à la suite de paris, vient d’être le théâtre d’un carnage de ce genre dont l’auteur n’eut pas à dresser des plans ingénieux et compliqués pour semer la mort à la terreur et faucher, au moyen de son puissant véhicule, la vie de plusieurs dizaines de personnes, des enfants, des femmes et des hommes que rassemblait la célébration dans un lieu publics, de la fête nationale française.

Ce malheur survenu un 14 juillet n’enlèvera rien à la symbolique égalitaire et unioniste de cette date, mais recouvre de tristesse et d’amertume l’évocation de sa célébration, ce jour, l’union demeurant dans toutes sortes de sentiments et dans les solidarités qu’ils suscitent.

Avec toute son horreur, le carnage de Nice a été ressenti dans toutes les parties du Monde, dans les sphères institutionnelles, politiques et de la société civile provocant des sentiments de compassion et un élan de solidarité et de sympathie avec un pays traumatisé par le terrorisme. Face au terrorisme qui menace et frappe tout le monde, un tel élan de solidarité doit être pérenne pour être véritablement utile et efficace. Il doit se traduire par le renforcement et la complémentarité des stratégies et des moyens, l’élimination des sources de tensions et des conflits qui les alimentent et le redéploiement des politiques en vue de les prévenir.