Industrie-Aéronautique-Lecotidien.com-Décryptage-Instantané-de-lEconomie-du-Maroc-Maghreb-LAfrique-LEurope-et-dans-le-Monde-01-620x400

La nouvelle charte d’investissement, dévoilée lundi à Casablanca lors d’une cérémonie présidée par SM le Roi Mohammed VI, est un dispositif novateur mis en place pour appuyer durablement la dynamique de progrès dans le Royaume et réunir les conditions d’une croissance inclusive équitablement partagée au service du citoyen, a affirmé le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

« Cette nouvelle charte marque une étape cruciale dans la concrétisation des réformes prioritaires engagées pour l’édification d’un modèle économique compétitif et performant », a souligné M. Elalamy lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du nouveau plan de réforme de l’investissement.

Ce dispositif, a-t-il dit, vise à répondre à l’objectif d’atteindre le statut de pays émergent permettant à tout citoyen de réaliser ses aspirations, ajoutant que le « Maroc s’est attelé à créer les conditions d’une croissance économique durable où l’investissement joue un rôle catalyseur ».

Le recalibrage de la Charte de l’Investissement et la redéfinition de son contenu est capital pour aboutir à un document intégré regroupant l’ensemble des mesures incitatives afin de donner plus de visibilité aux opérateurs, a précisé M. le ministre, notant qu’il s’agit de tout un dispositif comprenant les dispositifs communs à tous les secteurs, les dispositifs sectoriels plus spécifiques et les dispositifs régionaux qui mettent en avant les régions les moins favorisées.

Outre le recalibrage de la Charte, le nouveau plan de réforme de l’investissement comprend l’adoption de nouvelles mesures de soutien et d’incitation à l’investissement, la restructuration des organes de promotion de l’investissement, la création d’une Direction Générale de l’Industrie et d’une autre dédiée au commerce, et la refonte de la stratégie digitale, a-t-il indiqué.

Concernant les nouvelles mesures de soutien et d’incitation à l’investissement, le ministre a fait observer que cinq nouvelles mesures phares viennent enrichir le soutien à l’investissement déjà existant et permettront au Royaume de saisir de nouvelles opportunités.

Il s’agit, selon M. Elalamy, d’un Impôt sur les sociétés (IS) à 0 pc pendant 5 ans pour les industries en création, du développement d’au moins une zone franche par région, de l’octroi du statut zone franche, aux grandes industries exportatrices, de l’obtention du statut d’exportateur indirect pour les sous-traitants, de la mise en place d’appuis renforcés aux régions les moins favorisées.

Quant à la restructuration des organes de promotion de l’investissement, le ministre a indiqué que les organismes de soutien à l’investissement, à l’export et à la promotion se voient fusionnés, pour une plus grande efficacité de leurs interventions et une action renforcée de l’Offre Maroc.

« L’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI), Maroc Export et l’Office des foires et expositions de Casablanca (OFEC), mettront en commun leurs moyens humains et financiers, pour servir le Royaume, en matière de promotion des investissements et d’encouragement de l’export », a-t-il indiqué.

« L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), nouvelle agence fusionnée, restera sous la tutelle du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique et sera à la disposition de tous les départements ministériels ne disposant pas d’organe de promotion, pour réaliser les feuilles de route en matière d’investissement et d’export, élaborées par ces ministères », a ajouté M. Elalamy.

Le ministre a annoncé également la création d’une Direction Générale de l’Industrie, chargé d’assurer la pérennité du Plan d’Accélération Industrielle, et d’une Direction Générale du Commerce qui aura pour mission de piloter la transformation de ce secteur et regroupera, à terme, à la fois le commerce intérieur et extérieur. S’agissant de la refonte de la stratégie digitale, M. Elalamy a fait savoir qu’une Agence dédiée à l’économie digitale et au e-gouvernement sera créée et aura pour mission de développer des services administratifs dématérialisés au profit du citoyen, l’objectif étant la réalisation de 50 pc des démarches administratives en ligne et le maintien de la position de Royaume en tant que premier Hub Numérique en Afrique.

3O conventions d’investissement signées

A l’occasion du lancement du nouveau plan de réforme de l’investissement, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a présidé lundi au Palais Royal de Casablanca, la cérémonie de signature d’une convention de partenariat entre le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique et l’Office Chérifien des Phosphates, ainsi que de 30 contrats d’investissements.

La Convention de partenariat entre le Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique et l’Office Chérifien des Phosphates porte sur la mise en place et le développement de l’Ecosystème industriel OCP autour de grandes entreprises et des petites et moyennes entreprises marocaines sous-traitantes. Elle a été signée par le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, M. Moulay Hafid Elalamy, et le Président Directeur Général du groupe OCP, M. Mostafa Terrab.

Trente (30) contrats d’investissements générant 39.000 emplois et 7,5 milliards de DH d’investissement ont également été signés. Il s’agit de :.

– Contrat d’investissement avec le Groupe américain DELPHI pour la réalisation immédiate de 7 usines dans l’industrie automobile générant 13.000 emplois. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, et Vincent Fagar, Directeur Général du Groupe Delphi pour la Région Europe Middle East & Africa.

– Contrat d’investissement avec le groupe canadien LINAMAR pour l’installation au Maroc d’une usine de production de composants moteurs avec un investissement de 2 milliards 690 millions DH et la création de 1.000 emplois. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, et Didier Tabey, Directeur des Affaires de Linamar Corporation.

– Contrat d’investissement pour l’installation au Maroc d’un complexe industriel du groupe SIMOLDES pour la fabrication de moules et l’injection plastique pour l’automobile avec un investissement de 650 millions de DH. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, et Rui Paulo Rodrigues, Vice-Président du Conseil d’administration de SIMOLDES.

– Contrat d’investissement avec la société DECATHLON, dans le secteur textile, pour le développement au Maroc d’une plateforme d’achat et d’un réseau de vente avec un investissement de 163 millions de DH, la création de 10.910 emplois et plus de 2 milliards DH de sourcing local. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, et Sanchez de Borja, Président de Decathlon.

– Contrats d’investissement portant sur la réalisation de 8 projets dans le secteur de l’industrie textile totalisant 8.722 emplois et 425 millions DH d’investissements. Ils ont été signés par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, Hafid Anouar, Directeur Général de Bluefinger, Abderrahmane Atfi, Directeur Général Med sourcing, Rojas Almuzara, Président de Tint Color, Salaheddine Khlifi, Directeur de Bernitex Clean, John Haralambous, Directeur de Manager ISLAND BLUE, Sayouty Abderahim, Directeur Général de SETTAVEX, Rodolphe Pedro, Fondateur du groupe WASH & Co, et Antony Ciardo, Administrateur du groupe VFI.

– Contrats d’investissement portant sur la réalisation de 6 projets dans le secteur de l’industrie automobile totalisant 2.141 emplois et 935 millions DH d’investissements. Ils ont été signés par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, Eric Kueppers, Président de TE CONNECTIVITY, Rachid Rahmouni, Directeur Général de FAURECIA AUTOMOTIVE SYSTEMS TECHNOLOGIES, Abdeslam Benjelloun, Directeur Général de YAZAKI KENITRA, Jordi VALLS, Directeur Général de RELATS MAROC, Mostapha AJAHA, Président Directeur Général de SONOFET, et Christophe JACQUIER, Directeur Général de TREVES TSC MOROCCO.

– Contrats d’investissement portant sur la réalisation de 6 projets dans le secteur de l’industrie automobile totalisant 1.864 emplois et 557 millions DH d’investissements. Ils ont été signés par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, M. Yannick Le Louarn, Vice-président de MECAPLAST, Tajeddine Bennis, Directeur Général de SMOM, Rihane Hakim, Directeur de RG FIXATIONS MAROC, Alexandre Brue, Président de LEAR AUTOMOTIVE, Kwon Soon Kook, Directeur Général de YURA CORPORATION MOROCCO, et Abdelaziz Aslakah, Directeur Général de « AERODEFI ».

– Contrat d’investissement avec la société SOTHEMA pour la fabrication de médicaments biosimilaires. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, El Houssaine El Ouardi, ministre de la Santé, et Mme Lamia Tazi, Directrice Générale de SOTHEMA.

– Contrat d’investissement avec la société Sofrecom pour la création d’un Centre nearshore IT. Il a été signé par MM. Mohamed Boussaid, Moulay Hafid Elalamy, et Jacques Moulin, Directeur Général de Sofrecom.

– Contrats d’investissement pour la création de 4 unités industrielles dans le secteur de l’aéronautique pour un investissement total de 261 millions de DH et devant généré 564 emplois. Ils ont été signés par MM. Moulay Hafid Elalamy, Abdelmoughit Asloune, Directeur Général de ALCOA FIXATIONS CASABLANCA, Patrick Gaillard, Directeur Général de LABINAL MAROC, Jamal Eddouhbani, Directeur Général de STELIA AEROSPACE MAROC, et Frédéric Lecha, Directeur Général de LATSIMA.

Consécration de la réussite des politiques sectorielles

Le nouveau plan de réforme de l’investissement, dont la cérémonie de lancement a été présidée par SM le Roi Mohammed VI, lundi au Palais Royal de Casablanca, constitue « une confirmation de la réussite de l’ensemble des politiques sectorielles lancées par le Souverain, lesquelles politiques ont commencé à donner leurs fruits, notamment en ce qui concerne l’accélération de l’industrie », a affirmé le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaïd.

Le Maroc, sous la conduite clairvoyante de Sa Majesté, demeure très attractif pour les investissements étrangers, a relevé M. Boussaïd, dans une déclaration à la presse en marge du lancement de ce plan, soulignant que « ce plan contribuera à la création de plus 39.000 postes d’emploi et générera un investissement global de l’ordre de 7,5 milliards de dirhams ».

Ce plan ainsi que les conventions et contrats d’investissement qui ont été signés revêtent une grande importance eu égard à leur contribution au tissu industriel du pays et à la dynamisation de l’investissement, outre la création d’un maximum possible de postes d’emploi pérennes, et reflètent manifestement l’orientation du Maroc pour se hisser au rang des pays industriels émergents, a noté le ministre.

De son côté, le directeur général de « Med Sourcing » et directeur délégué de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), Abderrahim Atfi, a estimé que les conventions conclues relèvent d’une importance majeure pour le secteur du textile, qui connaît désormais une nouvelle dynamique depuis le début de la mise en œuvre des dispositions de l’accord signé entre le ministère de tutelle et l’AMITH, notamment en ce qui concerne les volets relatifs à l’emploi et à l’exportation.

Pour lui, les dix conventions signées sont de nature à contribuer à promouvoir davantage le secteur, en particulier en faveur des entreprises qui opèrent dans le domaine de l’exportation vers l’Europe.

A noter que le nouveau plan de réforme de l’investissement s’inscrit en droite ligne des efforts du Royaume visant à créer les conditions idoines d’une croissance économique durable.

Contrat d’investissement avec Decathlon ; encourager et développer les investissements industriels au Maroc 

Le Contrat d’investissement avec la société Decathlon dans le secteur textile, à l’occasion du lancement lundi à Casablanca du nouveau plan de réforme de l’investissement, vise à encourager et à développer les investissements industriels au Maroc, a indiqué le président de Decathlon, Sanchez de Borja.

La chaîne Decathlon, spécialisé dans Vêtements et Accessoires de Sport, ambitionne d’ouvrir 30 magasins dans le Royaume, a-t-il fait savoir dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de lancement du nouveau plan de réforme de l’Investissement et de signature de plusieurs conventions et contrats d’investissement, présidée par SM le Roi Mohammed VI lundi au Palais Royal de Casablanca.

  1. de Borja s’est dit heureux de la place qu’occupe la pratique sportive au Maroc, tout en émettant le souhait de voir ce secteur se moderniser, à travers notamment les produits de qualité et les prix bas qu’offre Decathlon.

Le Contrat d’investissement avec la société Decathlon, dans le secteur textile porte sur le développement au Maroc d’une plateforme d’achat et d’un réseau de vente avec un investissement de 163 millions de DH, la création de 10.910 emplois et plus de 2 milliards DH de sourcing local.

Il a été signé par le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, M. Moulay Hafid Elalamy, et le Président de Decathlon.

En droite ligne des efforts visant à créer les conditions d’une croissance économique durable

Le nouveau plan de réforme de l’investissement, dont la cérémonie de lancement a été présidée par SM le Roi Mohammed VI, lundi à Casablanca, s’inscrit en droite ligne des efforts du Royaume visant à créer les conditions d’une croissance économique durable, où l’investissement privé joue un rôle de locomotive et l’appui de l’Etat, un rôle d’accélérateur.

Ce programme d’envergure qui ambitionne d’assurer un environnement économique favorable à l’investissement productif et de garantir une croissance saine et pérenne s’articule autour de six principaux axes, à savoir le recalibrage de la Charte de l’Investissement et la redéfinition de son contenu, l’adoption de cinq nouvelles mesures phares de soutien et d’incitation à l’investissement, la restructuration des organes de promotion de l’Investissement, la création d’une Direction Générale de l’Industrie et d’une autre dédiée au Commerce, et la refonte de la stratégie digitale.

Concernant le recalibrage de la Charte de l’Investissement et de la redéfinition de son contenu, il concerne l’élaboration de tout un dispositif comprenant une Charte de l’Investissement, qui regroupe les dispositifs communs à tous les secteurs, les dispositifs sectoriels plus spécifiques, et les dispositifs régionaux qui mettent en avant les régions les moins favorisées.

Pour ce qui est des cinq nouvelles mesures de soutien et d’incitation à l’investissement prévues par le nouveau plan de réforme de l’investissement, elles viennent enrichir le soutien à l’investissement déjà existant et permettront au Royaume de saisir de nouvelles opportunités.

Il s’agit d’un Impôt sur les sociétés (IS) à 0 pc pendant 5 ans pour les industries en création, du développement d’au moins une zone franche par région, de l’octroi du statut Zone Franche aux Grandes Industries Exportatrices, de l’obtention du Statut d’Exportateur Indirect pour les sous-traitants, de la mise en place d’appuis renforcés aux Régions les moins favorisées.

La restructuration des organes de promotion de l’investissement, consistera, quant à elle, en une fusion des organismes de soutien à l’investissement, à l’export et à la promotion pour une plus grande efficacité de leurs interventions et une action renforcée de l’Offre Maroc.

Ainsi, l’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI), Maroc Export et l’Office des Foires et Expositions de Casablanca (OFEC), mettront en commun leurs moyens humains et financiers, pour servir le Royaume, en matière de promotion des Investissements et d’encouragement de l’Export.

L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), nouvelle agence fusionnée, restera, de son côté, sous la tutelle du Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique et sera à la disposition de tous les départements ministériels ne disposant pas d’organe de promotion, pour réaliser les feuilles de route en matière d’Investissement et d’Export, élaborées par ces ministères.

La création d’une Direction Générale de l’Industrie, chargée d’assurer la pérennité du Plan d’Accélération Industrielle, et d’une Direction Générale du Commerce s’inscrivent également dans le cadre de ce nouveau plan de réforme de l’investissement.

Ces deux Directions auront pour mission de piloter la transformation de ce secteur et regrouperont, à terme, à la fois le Commerce Intérieur et Extérieur.

Par ailleurs, dans le cadre de la refonte de la stratégie digitale, une Agence dédiée à l’économie digitale et au e-gouvernement sera créée et aura pour mission de développer des services administratifs dématérialisés au profit du citoyen, l’objectif étant la réalisation de 50 pc des démarches administratives en ligne et le maintien de la position du Royaume en tant que premier Hub Numérique en Afrique.

PAI : 160.000 emplois contractualisés

Un total de 160.000 emplois a été contractualisé dans les projets d’investissement lancés ces 2 dernières années dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI), a indiqué, lundi à Casablanca, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy.

Le PAI ambitionnait de créer 500.000 nouveaux emplois sur 7 ans, augmenter la part du PIB industriel de 9 points et améliorer la balance commerciale, a précisé M. Elalamy qui présentait un exposé sur le nouveau plan de réforme de l’investissement devant SM le Roi Mohammed VI que Dieu l’Assiste. « Aujourd’hui, nous signerons 30 créations d’usines, qui totalisent 39.000 emplois et un investissement total de 7 milliards et demi de dirhams », a-t-il fait savoir, ajoutant que ces réalisations sont le fruit du travail de l’ensemble des forces vives du Royaume, sous la Vision éclairée de SM le Roi.

Le ministre, qui a mis en avant le rôle de la sécurité et de la stabilité dont bénéficie le Maroc dans l’afflux des investissements, a noté que la démarche participative, menée avec les fédérations de l’industrie, a permis de consolider le partenariat public-privé, de reconfigurer les différents secteurs en Ecosystèmes performants et de mettre en œuvre l’implantation de ces écosystèmes.

Cette démarche a été appliquée avec « méthode et rigueur » à 12 secteurs industriels et a généré 41 Écosystèmes, a-t-il poursuivi, relevant l’identification pour chaque Écosystème, en partenariat avec les fédérations professionnelles, l’ensemble des actions à entreprendre, pour enclencher un nouveau cycle d’investissement.

Chacune des fédérations s’est engagée sur un plan de développement précis, partant de ses marchés, ses écosystèmes et la définition détaillée de ses besoins en termes de ressources humaines, de formation, de foncier et d’accompagnement, a-t-il expliqué.

Cette démarche de partenariat avec les fédérations professionnelles a permis d’identifier à fin juin 2016, en 2ans, un potentiel tangible de 427.000 emplois d’ici 2020, soit 83 pc de l’objectif des 7 années du Plan, dépassant largement les planifications, « car nous n’espérions arriver à ce stade là qu’à 50 pc de l’objectif global », a ajouté M. Elalamy.

La totalité des 427.000 emplois engagés ont été ventilés par profil, par année et par région, ce qui permet d’élaborer un plan de formation précis et complet et de répondre aux attentes du citoyen, en « offrant pour la première fois, une visibilité sur la demande d’emploi industriel, aux étudiants, aux parents, aux formateurs et aux entreprises », a-t-il enchaîné.

Il a également fait état de la mobilisation de 1147 hectares de foncier industriel pour les opérateurs industriels, selon ce même principe de ventilation par région, année et spécificités techniques.

« Tout investisseur saura avec précision, à partir d’un accès internet, quels sont les terrains industriels disponibles à travers le Royaume, où se situera son usine et à quel prix sera son terrain. Ceci est rendu possible, grâce à un recensement précis des terrains disponibles et au développement de l’application digitale de gestion des parcs industriels, que nous mettons en ligne aujourd’hui », a-t-il insisté.

Le ministre a aussi relevé l’engagement à date de 17,3 milliards de dirhams par le Fonds de développement industriel qui seraient déboursés sur la période 2014-2020, si les fédérations réalisaient leurs objectifs.

Ces fonds sont alloués à hauteur de 24 pc aux PME, de 24 pc aux projets d’envergure et de 52 pc aux écosystèmes portés par les fédérations, selon le ministre.

Il a également rappelé la réalisation et la mise en œuvre du statut de l’auto-entrepreneur, indiquant que le Maroc compte déjà 27.000 auto-entrepreneurs qui opèrent dorénavant dans la légalité et sont connectés aux secteurs productifs de la Nation.

Il a souligné l’importance du PAI, notant que les différents secteurs de l’Industrie ont littéralement changé de taille comme celui de l’automobile qui exporte aujourd’hui, à lui seul, 50 milliards de dirhams par an, devenant ainsi le 1er exportateur du Royaume.

Au regard des contrats récemment conclus avec les constructeurs, le secteur a sécurisé 100 milliards de dirhams d’export, à l’horizon 2020, a-t-il fait savoir, ajoutant que sur les 20 premiers équipementiers mondiaux, 8 sont déjà installés au Maroc, et plusieurs autres se préparent en ce moment pour les rejoindre.

« Quant aux autres secteurs industriels, plusieurs d’entre eux se développent à un rythme soutenu », a rassuré le ministre, indiquant que la création d’une Direction Générale de l’Industrie  »s’est naturellement imposée » pour prendre en charge de la pérennité du Plan d’Accélération Industrielle.

Cette cérémonie a été marquée par la projection d’un film comprenant des témoignages de présidents de fédérations industrielles sur la réussite du partenariat public-privé, un partenariat ayant permis de reconfigurer les différents secteurs en Écosystèmes performants et de mettre en œuvre l’implantation de ces écosystèmes.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment du chef du gouvernement, des présidents des deux Chambres du Parlement, de Conseillers de SM le Roi, de membres du gouvernement, de représentants du Corps diplomatique accrédité au Maroc, d’opérateurs économiques, nationaux et étrangers, et de plusieurs hautes personnalités.

Cinq nouvelles mesures phares de soutien à l’investissement

Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy a annoncé, lundi à Casablanca, cinq nouvelles mesures phares de soutien à l’investissement.

Ces nouvelles mesures phares s’inscrivent dans le cadre du nouveau plan de réforme de l’investissement lancé lors d’une cérémonie présidée par SM le Roi Mohammed VI.

Le nouveau plan de réforme de l’investissement est un programme d’envergure qui ambitionne d’assurer un environnement économique favorable à l’investissement productif et de garantir une croissance saine et pérenne.

« Ces cinq nouvelles mesures phares viennent enrichir le soutien à l’investissement déjà existant et permettront au Royaume de saisir de nouvelles opportunités », a indiqué M. Elalamy, qui a présenté devant SM le Roi un exposé sur ce nouveau plan.

Il s’agit, a ajouté le ministre, d’un Impôt sur les sociétés (IS) à 0 pc pendant 5 ans pour les industries en création, du développement d’au moins une zone franche par région, de l’octroi du statut Zone Franche, aux Grandes Industries Exportatrices, de l’obtention du Statut d’Exportateur Indirect pour les sous-traitants, de la mise en place d’appuis renforcés aux Régions les moins favorisées.

« Un IS à 0 pc pendant 5 ans, pour les industries en création, permettant aux industriels de renforcer leurs bilans et aux petites et moyennes industries de devenir enfin « banquables », a-t-il expliqué.

Ces mesures phares, longtemps souhaitées par les opérateurs, donneront sans nul doute un nouvel élan à l’investissement. De même, elles viennent enrichir le soutien à l’investissement déjà existant et permettront au Royaume de saisir de nouvelles opportunités, a-t-il relevé.

Le nouveau plan de réforme de l’investissement s’articule, selon M. Elalamy, autour de six principaux axes, à savoir le recalibrage de la Charte de l’Investissement et la redéfinition de son contenu, l’adoption de nouvelles mesures de soutien et d’incitation à l’investissement, la restructuration des organes de promotion de l’Investissement, la création d’une Direction Générale de l’Industrie et d’une autre dédiée au Commerce et la refonte de la stratégie digitale.

Au sujet du recalibrage de la Charte de l’Investissement et de la redéfinition de son contenu, M. Elalamy a fait état de l’élaboration de tout un dispositif comprenant une Charte de l’Investissement, qui regroupe les dispositifs communs à tous les secteurs, les dispositifs sectoriels plus spécifiques et les dispositifs régionaux qui mettent en avant les régions les moins favorisées.

« Plus d’une année a été nécessaire pour recalibrer la Charte de l’Investissement et redéfinir son contenu, au regard des grandes orientations du Royaume et des meilleures pratiques à l’international », a indiqué le ministre, ajoutant qu’un dispositif complet, articulé en trois dimensions, a été ainsi élaboré. La nouvelle Charte de l’Investissement regroupe les dispositifs communs à tous les secteurs ; les dispositifs sectoriels plus spécifiques ; et enfin les dispositifs régionaux, mettant en avant les régions les moins favorisées.

Pour ce qui est de la restructuration des organes de promotion de l’investissement, le ministre a indiqué que les organismes de soutien à l’Investissement, à l’Export et à la Promotion se voient fusionnés, pour une plus grande efficacité de leurs interventions et une action renforcée de l’Offre Maroc.

« L’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI), Maroc Export et l’Office des Foires et Expositions de Casablanca (OFEC) mettront en commun leurs moyens humains et financiers, pour servir le Royaume, en matière de promotion des Investissements et d’encouragement de l’Export », a-t-il précisé.

« L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), nouvelle agence fusionnée, restera sous la tutelle du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique et sera à la disposition de tous les départements ministériels ne disposant pas d’organe de promotion, pour réaliser les feuilles de route en matière d’Investissement et d’Export, élaborées par ces ministères », a-t-il ajouté.

Le ministre a annoncé également la création d’une Direction Générale de l’Industrie, chargé d’assurer la pérennité du Plan d’Accélération Industrielle, et d’une Direction Générale du Commerce qui aura pour mission de piloter la transformation de ce secteur et regroupera, à terme, à la fois le Commerce Intérieur et Extérieur.

Quant à la refonte de la stratégie digitale, M. Elalamy a noté qu’une Agence dédiée à l’économie digitale et au e-gouvernement sera créée et aura pour mission de développer des services administratifs dématérialisés au profit du citoyen, l’objectif étant la réalisation de 50 pc des démarches administratives en ligne et le maintien de la position de Royaume en tant que premier hub Numérique en Afrique.

En somme, le nouveau plan de réforme de l’investissement s’inscrit en droite ligne des efforts du Royaume visant à créer les conditions d’une croissance économique durable, où l’investissement privé joue un rôle de locomotive et l’appui de l’Etat, un rôle d’accélérateur, a expliqué le ministre.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment du chef du gouvernement, des présidents des deux Chambres du Parlement, de Conseillers de SM le Roi, de membres du gouvernement, de représentants du Corps diplomatique accrédité au Maroc, d’opérateurs économiques, nationaux et étrangers, et de plusieurs hautes personnalités.

 (MAP-04/07/2016)