pape-francois-imam-al-azhar_5602785

Aboutissement de « plusieurs années de travail », la rencontre entre le pape François et le Cheik d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, la plus haute autorité musulmane =sunnite- en Egypte, a-t-elle mis fin à la discorde en les deux institutions du Vatican et Al Azhar, né du discours de Ratisbonne, prononcé par l’ancien Pape Benoît XVI, qui fut marquée, en 2011, par le gel de leurs relations ? Les observateur n’hésitent pas à la qualifier d’éhistorique » et le Pape lui-même, en fait le « message » à retenir.

Cette rencontre, qui eu lieu lundi matin, à la mi-journée, au Vatican,  entre le pape François et le grand imam d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, a été « très cordiale »,  selon le Saint-Siège.

Le « message » à retenir de cette rencontre entre les deux hommes, qui se sont donné l’accolade, c’est « notre rencontre », a affirmé François à la presse. C’est la première fois qu’une telle rencontre se déroule au Vatican.

L’audience privée entre Jorge Bergoglio et le représentant de la prestigieuse institution de l’islam sunnite a duré une trentaine de minutes environ, selon un communiqué du Saint-Siège. Les deux hommes ont salué « la signification importante de cette nouvelle rencontre dans le cadre du dialogue entre l’Eglise catholique et l’Islam ».

L’héritage de Benoît XVI

 

Tout a commencé après l’attentat commis le 31 décembre 2010 qui fait 21 morts dans une église copte d’Alexandrie, quand le pape Benoît XVI avait évoqué  « les discriminations, les abus et l’intolérance religieuse qui frappent aujourd’hui en particulier les chrétiens », affirmant que « Les paroles ne suffisent pas, il faut l’engagement concret et constant des responsables des nations. »

Les déclarations de l’ancien Pape qui avaient irrité l’université Al-Azhar. Le grand imam avait reproché au pape une « ingérence inacceptable dans les affaires intérieures égyptiennes ». « Cette décision s’inscrit dans le cadre des réactions contre l’islam réitérées par Benoît XVI.