oui-federica_mogherini_credit_eu_commission

Les instances européennes et internationales estiment que l’absence d’enregistrement des populations, refusé par Alger, favorise le détournement de l’aide destinée aux camps

L’UE est préoccupée par la longue durée du conflit autour du Sahara et par les conséquences de celui-ci sur la sécurité et l’intégration dans la région, lit-on dans une réponse du Conseil de l’Union européenne à une question parlementaire qui lui avait été adressée récemment par un groupe d’eurodéputés sur les conséquences pour la sécurité européenne du statu quo dans ce conflit artificiel.

Les eurodéputés avaient également interpelé le Conseil de l’UE sur l’absence d’un recensement des populations des camps de Tindouf en Algérie « qui a des conséquences graves sur la protection de ces populations qui vivent depuis quatre décennies dans des conditions humanitaires très difficiles ».

La nécessité d’organiser un recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf a été, à maintes reprises, évoquée par les instances européennes et internationales. L’absence d’un enregistrement des populations des camps, refusé par Alger, favorise à leurs yeux le détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations des camps.

Interpelée dans le même contexte par un eurodéputé au sujet du détournement de l’aide humanitaire européenne par le « polisario » au titre de la décharge du budget 2013, la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini s’était prononcée en faveur de la tenue d’un recensement des populations des camps de Tindouf.

Mme Mogherini avait consenti qu’il y avait eu effectivement des problèmes dans la distribution de ces aides, en allusion au rapport de l’Office européen antifraude (OLAF) qui avait dévoilé l’existence de détournements massifs par le Polisario de l’aide humanitaire européenne destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, en Algérie.