Affaire-la-SAMIR-

La Cour d’appel du Tribunal de commerce de Casablanca a confirmé le jugement de mise en liquidation de la Samir, rapporte le quotidien Le Matin, proche du gouvernement. Le raffineur avait fait appel de la décision du lundi 21 mars, du Tribunal de commerce de Casablanca, de mettre la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (Samir) en liquidation judiciaire. Cependant, il avait autorisé la continuation de l’activité de l’entreprise pour trois mois, jusqu’en juin 2016, en application de l’article 620 du Code de commerce. En vertu de cet article, une entreprise objet de liquidation judiciaire peut poursuivre son activité pendant une durée fixe lorsque l’intérêt général ou des créanciers le nécessite. Durant cette prolongation de l’activité, l’entreprise est gérée par un syndic désigné par le tribunal. Abdelilah Benkirane, Chef de gouvernement, avait annoncé que la suspension des activités de Samir était nécessaire pour «préserver la dignité du Maroc et lutter contre le chantage»

Rappelons que le montant des dettes de la Samir, avant sa suspension, était évalué à 45 milliards de DH. Douanes, Direction générale des impôts, banques et autres entreprises figurent parmi les créanciers du raffineur. La Samir avait obtenu fin avril la levée des ATD (avis à tiers détenteurs) de la douane et de la plupart des saisies conservatoires auprès du Tribunal de commerce de Casablanca. Cette levée devait permettre au syndic de relancer la production.