oui Logistique

Le Maroc dispose de 600 hectares de terrains aménagés pour abriter des plateformes logistiques modernes dans plusieurs régions du pays, a indiqué, mercredi à Rabat, le ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah. « Le Maroc dispose aujourd’hui de près de 600 hectares de terrains aménagés pour abriter des plateformes logistiques modernes à Casablanca, Tanger et d’autres régions au sein des plateformes industrielles intégrées, telles qu’Agadir, Kénitra, Meknès et Oujda », a dit M. Rabbah qui présidait une rencontre sur « l’évaluation des réalisations de la stratégie logistique nationale et perspectives d’évolution du secteur ».

Environ 2.750 ha d’assiettes foncières ont été identifiés, soit 83 pc des besoins en assiettes foncières identifiés dans le cadre du plan national des zones logistiques, a-t-il ajouté, faisant état d’une « évolution significative » des services logistiques dont le chiffre d’affaires a connu une hausse importante due à l’émergence d’un tissu d’opérateurs performants en logistique, suite à l’installation dans le marché marocain d’un grand nombre d’entreprises internationales spécialisées et le développement important qu’ont connues les entreprises marocaines dans ce secteur.

La mise en œuvre de la stratégie logistique nationale s’est penchée sur les domaines de la formation dans les métiers logistiques et sur l’amélioration des principales chaines logistiques du pays, a-t-il rappelé. A cet égard, le ministre a affirmé que plusieurs initiatives et actions ont été lancées notamment pour la structuration de la logistique urbaine dans les villes marocaines et la facilitation des opérations d’exportation et d’importation, à savoir l’établissement d’un système d’échange électronique de données dans les ports et le lancement de la réalisation d’une zone spécifique aux opérations d’exportation dans le port de Tanger Méditerranée.

De son côté, le directeur général de l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL), Younes Tazi, a exposé les principales réalisations dans ce secteur « prometteur », mettant en exergue les différents chantiers ouverts visant à améliorer les acquis et à apporter une valeur ajoutée au chantier du développement de la compétitivité logistique du Royaume.

En termes de perspectives du secteur, M.Tazi a souligné qu’outre le développement des zones logistiques, les chantiers de mise à niveau logistique des entreprises, d’optimisation de la logistique urbaine, de mise en place d’un cadre réglementaire approprié et de développement des ressources humaines qualifiées représentent des sujets primordiaux qui requièrent la mobilisation de tous les moyens institutionnels, organisationnels et financiers nécessaires pour une meilleure implémentation des divers projets de la stratégie logistique nationale.

Lancée en 2010, la stratégie logistique marocaine prévoit la mise en œuvre de chantiers multiples, en l’occurrence la mise en place d’un réseau national de zones logistiques à horizon 2030, réalisé progressivement dans le cadre de schémas régionaux mobilisant du foncier en majorité public et conçu en concertation avec les acteurs locaux sur la base des besoins actuels et prévisionnels de ces territoires.

Elle entend également l’accélération de la modernisation du secteur à travers des plans d’actions sectoriels d’optimisation des flux logistiques, des actions favorisant l’émergence de logisticiens intégrés et performants, un plan national global de développement des compétences en logistique et le renforcement de la gouvernance du secteur via la mise en place d’instances dédiées que sont l’AMDL et l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique.

(MAP 22/06/2016)