oui lagune_dakhla

A la veille de la réunion des ministres du T20 en Chine le 18 mai courant, Lucie Servoz, en charge du tourisme à l’OIT, explique en quoi le tourisme durable peut être une locomotive pour le travail décent, la croissance économique et le développement. Le tourisme constitue un puissant outil de création d’emplois et une force motrice de la croissance économique et du développement, comme l’illustrent des chiffres récents.

Selon les données du Conseil mondial du tourisme et des voyages (WTTC), en 2015, le tourisme a directement créé plus de 107 millions d’emplois (3,6 pour cent de l’emploi total pour 3 pour cent du PIB mondial) et contribué (directement ou indirectement) à la création d’un total de 284 millions d’emplois, l’équivalent d’un emploi sur onze dans le monde. En 2026, ces chiffres devraient atteindre respectivement 136 et 370 millions d’emplois, soit un emploi sur neuf à l’échelle mondiale.

Parmi les pays du G20, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique et l’Afrique du Sud devraient figurer parmi les destinations touristiques et de voyages qui se développent le plus vite. Parmi les économies qui n’appartiennent pas au G20, le Kirghizistan, Myanmar, la Tanzanie, le Vietnam et la Zambie devraient afficher la plus forte croissance.

Ces statistiques mettant en évidence l’importante contribution du tourisme à l’emploi et au PIB sont éloquentes. Cependant, il convient de veiller à ce que la croissance et le développement de ce secteur soient pérennes, socialement responsables et créent des possibilités de travail décent.

Contribuer à la réduction de la pauvreté

Le tourisme contribue grandement à la création d’emplois, en particulier pour les femmes, les jeunes et les travailleurs migrants, les communautés rurales et les populations autochtones, et a de nombreux liens avec d’autres secteurs. Par conséquent, le tourisme peut participer à la réduction de la pauvreté et à la promotion du développement socioéconomique et du travail décent. Cependant, si le tourisme ne respecte pas les cultures locales, s’il n’est pas contrôlé, viable, ni responsable sur le plan social, il peut avoir un impact négatif sur les populations locales, leur patrimoine et leur environnement, exacerbant les inégalités.

Quatre étapes clés

L’OIT appuie la promotion d’un tourisme plus durable et plus socialement responsable et le travail décent:

  • En renforçant les liens du secteur avec d’autres secteurs de sa chaîne d’approvisionnement (agriculture, artisanat, transports, infrastructures, construction) tout en soutenant une approche intégrée et en favorisant l’approvisionnement local;
  • En renforçant les initiatives visant à promouvoir la création d’emplois au niveau local, y compris en zone rurale, contribuant au développement économique et social et à la réduction de la pauvreté, grâce à l’insertion sociale, l’intégration régionale et l’expansion des revenus locaux.
  • En investissant dans le développement des compétences, de l’enseignement et de la formation professionnels, et en améliorant les conditions de travail en vue de rehausser l’image du secteur et la qualité du service, en gardant à l’esprit que le niveau de qualification, le professionnalisme, le dévouement, la loyauté et les compétences personnelles des employés sont des facteurs de compétitivité essentiels.
  • En renforçant les mécanismes de dialogue social et de négociation collective. Ils peuvent améliorer les conditions de travail, les perspectives de carrière et la sécurité de l’emploi au bénéfice des travailleurs et permettre aux entreprises de mieux répondre aux besoins et aux exigences du marché du travail.

La capacité de l’industrie touristique à contribuer au développement social et économique a été reconnue dans plusieurs Objectifs de développement durable . L’Objectif 8 (Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable et un travail décent pour tous) intègre une cible (8.9) sur le tourisme: «D’ici à 2030, élaborer et mettre en œuvre des politiques visant à développer un tourisme durable qui crée des emplois et mette en valeur la culture et les produits locaux». L’Objectif 12 (Etablir des modes de consommation et de production durables) et l’Objectif 14 (Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable) englobent aussi des cibles relatives au tourisme.

Vu la forte croissance du secteur touristique en termes de création d’emplois et de contribution au PIB au fil des dernières décennies, la réunion des ministres du Tourisme du G20 est apparue en 2010 dans le but de leur donner l’occasion d’inscrire le tourisme parmi les priorités mondiales et de débattre des atouts et des difficultés du secteur.

La présidence chinoise du G20 accueillera la Septième réunion des ministres du T20 le 20 mai prochain sur le thème «Tourisme durable – un outil efficace pour un développent inclusif». La Chine accueillera également la Première Conférence mondiale sur le tourisme pour le développement  qui a lieu à Beijing le 19 mai sur le thème «Le tourisme au service de la paix et du développement». Les deux réunions seront l’occasion de faciliter la promotion d’un tourisme durable comme facteur de travail décent, de croissance économique et de développement durable.

Rôle de l’OIT dans le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme (HRT)

L’OIT œuvre à la promotion de l’emploi et du travail décent pour tous dans le secteur du tourisme. Avec sa structure tripartite unique, l’OIT agit en fonction des quatre piliers de l’Agenda du travail décent , en promouvant les droits au travail, en favorisant les offres d’emploi décentes, en améliorant la protection sociale et en renforçant le dialogue social dans l’industrie touristique. Les activités menées par l’OIT dans le secteur HRT consistent à:

  • promouvoir la ratification et l’application effective de la convention (n° 172) sur les conditions de travail dans les hôtels et les restaurants , 1991, ainsi que de sa recommandation (n° 179) ;
  • bâtir un consensus parmi les mandants du secteur HRT pour parvenir à des recommandations stratégiques orientées vers l’action en relation avec les thèmes émergents;
  • élaborer des outils et partager les connaissances sur les tendances émergentes et les nouveaux défis qu’affronte cette industrie, notamment grâce aux Outils sur la réduction de la pauvreté par le tourisme , expliquer comment le tourisme peut contribuer au développement durable local et rural et à l’intégration régionale, comment promouvoir une destination touristique et comment créer un entreprise touristique;
  • renforcer les capacités des gouvernements, des organisations d’employeurs et de travailleurs, pour faire progresser l’Agenda pour le travail décent au niveau des pays en fournissant une assistance et une formation techniques, ainsi que le Guide de l’OIT sur le dialogue social dans le secteur du tourisme ;
  • et renforcer la cohérence politique au niveau mondial pour la promotion du travail décent dans le secteur HRT, à travers des partenariats avec les autres agences des Nations Unies et des organisations multilatérales.

En février 2017, l’OIT organisera une Réunion tripartite d’experts en vue d’adopter des directives sur le travail décent et le tourisme socialement responsable. Ces directives devront répondre aux besoins et exigences du secteur et servir d’outil global et cohérent pour tous les acteurs du secteur du tourisme.